Deplacés internes
Droits fondamentaux pour les plus vulnérables

Au cours des dernières années, le nombre de déplacés internes a augmenté de manière significative, atteignant un total mondial d'environ 26 millions en 2010. Le JRS travaille avec des déplacés internes au Sud-Soudan, à la République Démocratique du Congo (RDC), au Tchad, en République Centrafricaine, en Colombie, en Indonésie, au Sri Lanka et au Timor oriental, fournissant des services d'éducation, support psychologique, pacification, accompagnement pastoral, formation en techniques agricoles modernes, et médiation dans les conflits pour la terre et autres conflits.

A travers sa présence dans les camps de déplacés internes, le JRS vise à garantir leur accès à la nourriture, à un abri, à l'aide médicale et à l'éducation, avec une attention toute particulière pour les besoins des plus démunis. Nous apprenons également aux dirigeants communautaires à défendre les droits des déplacés internes afin d'assurer leur sécurité dans leur lieu de retour.

Au niveau international, le JRS a activement prôné une réponse globale plus vigoureuse aux situations d'urgence qui donnent lieu aux déplacements internes, par une surveillance du «principe de la responsabilité sectorielle» (ou «cluster approach») de l'aide aux déplacés, et en soutenant l'engagement du HCR dans ce domaine crucial.


  • En pratique
En pratique

Le JRS Zimbabwe s'occupe surtout de maintenir les enfants déplacés à l'école en aidant à couvrir les coûts de l'éducation et fournissant du matériel, comme des uniformes et des livres. Un bénéficiaire de 13 ans, Peter Sibekwazi (pseudonyme) dit: «Sans vous, j'aurais quitté l'école».

Au Nord-Kivu, RDC, le JRS est présent dans les camps de déplacés internes, accompagnant et offrant différents services aux plus vulnérables. A travers les programmes d'alphabétisation adulte, nous essayons de développer les connaissances techniques (par exemple, couture et vannerie) des personnes les plus marginalisées. Le JRS prête aussi de l'assistance pédagogique aux écoles locales à proximité des camps.

Sur la base de témoignages directs, le JRS Etats-Unis a publié un document qui souligne les besoins des déplacés internes colombiens, préconisant pour la Colombie un budget humanitaire plus consistant et une diminution de l'assistance militaire. Le résultat des pressions exercées par une coalition dans laquelle le JRS Etats-Unis s'est engagée, a été une diminution de presque 30% du financement accordé par les Etats-Unis aux militaires colombiens, et une augmentation de 25% de l'aide humanitaire.