Ce site utilise les types de cookies suivants: navigation / session et analytique aussi de tiers. En cliquant sur "Plus d'informations", vous affichez les informations étendues sur les types des cookies utilisés et vous pouvez choisir de les autoriser ou non en naviguant sur le site.
PLUS D'INFORMATIONS
x

Où nous travaillons
Les programmes du JRS sont mis en place dans 51 pays à travers le monde, et fournissent de l'aide à plus de 730.000 personnes. La prestation de ces services est supervisée par 10 bureaux régionaux, avec le soutien du Bureau International de Rome. Pour connaître les coordonnées des bureaux régionaux, cliquez sur la carte et lisez les informations en dessous.

Return to world map
 Asie du Sud
Dans cette région, le JRS accompagne, sert et défend des milliers de personnes déplacées par le conflit du Sri-Lanka, sur l'île même et au Tamilnadu voisin. Un autre programme déjà ancien a garanti une éducation de qualité à des milliers de Bhoutanais dans des camps au Népal; ces réfugiés sont maintenant réinstallés dans des pays tiers. Très récemment, le JRS s'est rendu en Afghanistan, pour soutenir les retournés par l'éducation, de l'aide médicale et des activités génératrices de revenu.

Les personnes déplacées par la guerre civile au Sri-Lanka ont été une cause de grande préoccupation pour le JRS et son fondateur, Pedro Arrupe SJ, depuis les années 1980. Mark Raper SJ, alors directeur de l'Asie Pacifique rappelle une visite rendue au père Arrupe, qui était presque paralysé suite à une attaque d'apoplexie en 1981.

«Il était clair que le père Arrupe (…) voulait me poser une question mais ne pouvait pas trouver les mots, et le frère Bandera, l'infirmier, lui a apporté du papier et un crayon. De sa main tremblante, il a dessiné une carte de l'Inde, et, à côté, une goutte de la forme d'une île. En pointant le Sri-lanka, il m'a clairement demandé des nouvelles du conflit, et de ce que nous faisions pour aider ce peuple.»

Le père Arrupe serait heureux de savoir que le JRS a fidèlement accompagné, servi et défendu des milliers de personnes déplacées par le conflit sri-lankais. Au cours de ces années 1980, une petite équipe jésuite a maintenu une forte présence pastorale à Mandapam, le camp de transit pour réfugiés sri-lankais qui arrivaient dans l'état méridional indien de Tamilnadu, accessible du Sri-Lanka par la mer.

En 1995, le JRS a grandi en Asie du Sud; un bureau régional a ouvert et deux jésuites se sont rendus dans le Nord du Sri-Lanka sous la bannière du JRS, au milieu d'une guerre et de déplacements écrasants. L'année suivante, le JRS a commencé à fournir des services éducatifs et de développement communautaire dans des myriades de petits camps pour réfugiés sri-lankais au Tamilnadu. Plus ou moins à la même période, le JRS a été impliqué dans le Programme Educatif des Réfugiés Bhoutanais, qui organisait la scolarité de dizaines de milliers d'étudiants bhoutanais dans les camps de réfugiés du Népal oriental.

Le JRS est encore impliqué dans ces trois endroits, Sri-Lanka, Tamilnadu et Népal, adaptant ses services aux changements de situations. La guerre est finie au Sri-Lanka. Après avoir, pendant des années, accompagné les personnes dans les zones de guerre du Nord-Est, le JRS les soutient maintenant tandis qu'elles rentrent chez elles et reconstruisent leurs vies. Dans sept districts, le JRS sert des déplacés et des retournés en organisant de l'aide d'urgence, des services sociaux, le développement communautaire, l'éducation et des activités génératrices de revenu. L'accompagnement individuel est partie intégrante de la présence du JRS. Au Tamilnadu, en continuant à offrir ses services dans les camps, le JRS encourage un sain débat parmi les réfugiés sri-lankais sur de durables solutions pour eux.

Au Népal, le nombre d'étudiants et d'enseignants du programme éducatif a diminué grâce à la réinstallation en cours de réfugiés bhoutanais; en août 2011, le nombre total de réfugiés réinstallés depuis le début du processus au début 2008 s'élève à plus de 50.000 personnes. Le JRS continue son oeuvre qui inclut des cours d'anglais parlé pour réfugiés devant être réinstallés.

En 2005, le JRS s'est aventuré en territoire neuf, en allant en Afghanistan. Une équipe de jésuites d'Asie du Sud accompagne des retournés et réalise des initiatives éducatives. Dans la township de Sohadat, près de la ville d'Herat, le JRS gère une école, un centre médical et un programme générateur de revenu. Des membres du JRS donnent des cours-conférences à l'université d'Herat et Bamiyan, et la formation des enseignants est faite dans ces villes, outre à Kaboul, Chagcharan et Daikundi. Les stagiaires ont collaboré bénévolement au programme JRS d'accès à l'anglais qui touchent des enfants défavorisés.

Le Service Jésuite des Réfugiés
Office of International Communications

martina.bezzini@jrs.net
http://en.jrs.net

Le Service Jésuite des Réfugiés (JRS) est une organisation catholique internationale dont la mission est d'accompagner, de servir et de défendre les droits des réfugiés et d'autres personnes déplacées de force. Le JRS offre ses services à niveau national et régional avec le soutien de son Bureau international à Rome. Fondé en novembre 1980 comme œuvre de la Compagnie de Jésus, le JRS a été officiellement enregistré comme fondation auprès de l'Etat du Vatican le 19 mars 2000.

Les programmes du JRS ont été mis en oeuvre dans 50 pays, procurant de l'aide aux réfugiés dans des camps et des villes, à des personnes déplacées dans leur propre pays, à des demandeurs d'asile dans les milieux urbains, et à ceux qui se trouvent dans des centres de détention. Les principaux domaines dans lesquels œuvre le JRS sont l'éducation, l'aide d'urgence, les soins médicaux, les activités génératrices de revenu et les services sociaux. A la fin de 2013, près de 950.000 personnes étaient bénéficiaires directs de projets JRS.


Bangladesh : "Je vous demande pardon" dit le pape François aux réfugiés rohingya

Dacca, 4 décembre 2017 – Le pape François a exprimé sa solidarité avec le peuple rohingya et a appelé à la réconciliation vendredi dernier après avoir rencontré 16 réfugiés rohingya.
>>>

Bangladesh : En réponse à la situation désespérée des Rohingya

Dacca, 11 octobre 2017  – Le directeur international adjoint du JRS, père Joseph Xavier SJ, évalue actuellement  les possibilités pour le JRS de soutenir les réfugiés rohingya au Bangladesh, où plus de 500.000 personnes ont fui la violence dans l’Etat de Rakhine du Myanmar, depuis août 2017.
>>>

Bangladesh : En réponse à la situation désespérée des Rohingya

Dacca, 11 octobre 2017  – Le directeur international adjoint du JRS, père Joseph Xavier SJ, évalue actuellement  les possibilités pour le JRS de soutenir les réfugiés rohingya au Bangladesh, où plus de 500.000 personnes ont fui la violence dans l’Etat de Rakhine du Myanmar, depuis août 2017.
>>>

Bangladesh : En réponse à la situation désespérée des Rohingya

Dacca, 11 octobre 2017  – Le directeur international adjoint du JRS, père Joseph Xavier SJ, évalue actuellement  les possibilités pour le JRS de soutenir les réfugiés rohingya au Bangladesh, où plus de 500.000 personnes ont fui la violence dans l’Etat de Rakhine du Myanmar, depuis août 2017.
>>>

Bangladesh : En réponse à la situation désespérée des Rohingya

Dacca, 11 octobre 2017  – Le directeur international adjoint du JRS, père Joseph Xavier SJ, évalue actuellement  les possibilités pour le JRS de soutenir les réfugiés rohingya au Bangladesh, où plus de 500.000 personnes ont fui la violence dans l’Etat de Rakhine du Myanmar, depuis août 2017.
>>>

Sri Lanka : L’histoire du retour de Ramya

Colombo, 07 avril 2017 -  Ramya a fait l’aller-retour Sri Lanka-Tamil Nadu (en Inde) depuis qu’elle était enfant. Elle est d’abord arrivée à Tamil Nadu avec ses parents en1990, quand elle avait dix ans, et est retournée au Sri Lanka cinq ans plus tard. Elle a trouvé que la situation était très opprimante, il y avait de nombreux militaires qui limitaient les mouvements, même d’innocents civils. Pour cette raison, elle est retournée à Tamil Nadu en 1996.
>>>

Sri Lanka : L’histoire du retour de Ramya

Colombo, 07 avril 2017 -  Ramya a fait l’aller-retour Sri Lanka-Tamil Nadu (en Inde) depuis qu’elle était enfant. Elle est d’abord arrivée à Tamil Nadu avec ses parents en1990, quand elle avait dix ans, et est retournée au Sri Lanka cinq ans plus tard. Elle a trouvé que la situation était très opprimante, il y avait de nombreux militaires qui limitaient les mouvements, même d’innocents civils. Pour cette raison, elle est retournée à Tamil Nadu en 1996.
>>>





Australie
Cambodge
Indonésie

Singapour
Thaïlande
Ethiopie
Kenya
Sud Soudan
Ouganda
Belgium
Croatia
France
Germany
Greece
Hungry
Ireland
Italy
Macedonia
Malta
Portugal
Romania
Slovenia
Sweden
United Kingdom

Burundi
République démocratique du Congo
Colombie
Equateur
Venezuela

Jordanie
Liban
Syrie
Turquie
Afghanistan
Inde
Sri Lanka
Angola
Malawi
Afrique du Sud
Zimbabwe
Canada
États-Unis d'Amérique
Cameroun
République centrafricaine
Tchad