Ce site utilise les types de cookies suivants: navigation / session et analytique aussi de tiers. En cliquant sur "Plus d'informations", vous affichez les informations étendues sur les types des cookies utilisés et vous pouvez choisir de les autoriser ou non en naviguant sur le site.
PLUS D'INFORMATIONS
x

visualisez toutes les campagnes


Monseigneur Adwok accueille des familles dans le camp de réfugiés de Doro, à Maban. (Service Jésuite des Réfugiés)
Maban, le 11 décembre 2014 - Au cours d'une visite dans une région du Soudan du Sud affectée par le conflit, Monseigneur Daniel Adwok  a souligné l'importance de l'éducation pour les réfugiés vivant dans le comté frontalier de Maban et de l'hospitalité à leur égard.

Au cours de cette visite, la première depuis plus de quatre ans, l'évêque auxiliaire du diocèse catholique de Khartoum-Soudan, a vécu des jours et des rencontres intenses avec des responsables de la société civile, des représentants des paroisses et des réfugiés. Les réfugiés et les communautés d'accueil lui ont réservé un accueil chaleureux.

«Aujourd'hui, vous êtes dans cette région, en exil, mais les gens de Maban (Nil Supérieur) se rappellent qu'il n'y a pas si longtemps c'est eux qui ont dû fuir vers le Nord ou vers l'Ethiopie en quête d'un lieu sûr. La véritable hospitalité est très importante», a déclaré Monseigneur Adwok  devant un groupe de réfugiés et de représentant des paroisses.

Avant la séparation d'avec le Soudan, les habitants de Maban étaient accueillis de l'autre côté de la frontière. Aujourd'hui ces rôles ont été renversés, Maban héberge désormais plus de 130.000 réfugiés originaires de l'Etat soudanais du Nil Bleu. Monseigneur Adwok  a passé du temps à visiter les projets du Service Jésuite des Réfugiés (JRS), et il a souligné l'importance de répondre aux besoins des réfugiés et des communautés d'accueil tout en créant un environnement accueillant.

«Il est très important que le JRS établisse un pont entre les réfugiés et la communauté d'accueil. Je vous demande également de défendre de toutes vos forces les besoins des réfugiés. Je les ai rencontrés; j'ai entendu leurs supplications, nous ne pouvons pas les ignorer», a ajouté l'évêque.

Pendant sa visite dans des deux programmes du JRS – formation des enseignants et enseignement de l'Anglais aux adultes – offerts à la communauté d'accueil, l'évêque a encouragé les étudiants à saisir cette opportunité pour continuer à apprendre afin d'être à même de mieux servir leur peuple.

Les propos de l'évêque, qui a passé un après-midi dans le camp de réfugiés de Doro où il a partagé les joies et les peines des réfugiés soudanais, rejoignent ceux du père Adolfo Nicolas SJ, le Supérieur Général de la Compagnie de Jésus. A l'occasion d'un événement organisé à Rome pour marquer le 34e anniversaire de la fondation du JRS, le père Nicolas a mis l'accent sur l'hospitalité envers les réfugiés.

«Nous sommes à même de comprendre que nous avons tous besoin d'être accueillis, non en tant que membres d'une famille spécifique, d'une race ou d'une communauté, mais simplement parce que nous sommes des êtres humains qui méritent accueil et respect.»

Cet appel à accueillir les réfugiés et à se faire les ardents défenseurs de leurs besoins fait écho au rôle vital joué par l'Eglise catholique pendant les longues années de guerre qui ont ravagé le Soudan du Sud, ainsi que l'a rappelé John Ashworth dans son dernier livre La voix des sans voix. En période de guerre et de destructions, la voix de l'Eglise peut être une source de consolation pour ceux qui souffrent et provoquer une prise de conscience internationale par rapport à des conflits qui autrement seraient oubliés.

En dépit du fait qu'elle a dû être évacuée deux fois en 2014 pour cause d'insécurité, l'équipe de terrain du JRS espère construire la paix et la stabilité, en approfondissant son engagement à l'égard des réfugiés et des membres de la communauté d'accueil de Maban engagés sur la voie d'un futur plus digne. La récente visite de Monseigneur Adwok a rappelé de manière joyeuse que les responsables de l'Eglise demeurent aux côtés de leur peuple contre vents et marées, leur demandant parfois de faire un pas de plus pour devenir de véritables hérauts de l'hospitalité.

Pau Vidal SJ, Directeur du projet du JRS à Maban