visualisez toutes les campagnes


Navid (en haut) grimpe sur le mât d’aréquier. (JRS Indonésie)

Bogor, 17 octobre 2017 – Navid* est un étudiant du cours de malais bahasa  indonésien au Centre d’apprentissage  du Service Jésuite des Réfugiés (JRS), à Bogor, Indonésie. Il est un des peu nombreux étudiants de sa classe qui sait communiquer couramment dans la langue et, malgré sa mauvaise santé, Navid est très assidu  et actif dans les activités d’apprentissage au Centre. C’ est un jeune homme poli, amical et ardent, qui vient d’Afghanistan.

En août dernier, le JRS a communiqué avec le dirigeant du quartier Bahakan en Cisarua et son groupe de jeunes, pour examiner les possibilités pour les réfugiés de participer aux célébrations de la Journée de l’indépendance indonésienne. Aux yeux du JRS, c’était une occasion de construire des rapports plus profonds entre les réfugiés et leur communauté locale. Avec générosité, le groupe de jeunes résidents et leur dirigeant de quartier ont invité  les réfugiés à participer aux festivités. Le JRS a communiqué la bonne nouvelle à la classe de Navid au Centre d’apprentissage du JRS.

Le matin du 17 août, Navid et ses amis se sont réunis au Centre d’apprentissage du JRS, tous bien vêtus de chemises, jeans et sneakers. Ils étaient contents de pouvoir participer aux célébrations de la Journée de l’Indépendance. A 9h30 exactement, Navid et ses amis du JRS se sont rendus au terrain de Babakan. Une fois arrivés, quelques autres préparations ont été nécessaires. Les étudiants réfugiés ont immédiatement répondu en aidant les résidents à installer le mât pour la compétition d’escalade.

Il y avait différents types de compétitions organisées pour les enfants :  une de billes, mettre des crayons dans des bouteilles, enfiler des fils dans des aiguilles, manger des crackers, une course de sacs. Les résidents et les réfugiés encourageaient bruyamment pendant les petits coups de jeux guerriers tandis que les enfants réfugiés étaient en compétition avec les enfants résidents. Les résidents et les réfugiés encourageaient joyeusement, rendant l’atmosphère bien festive et chaleureuse. Navid et quelques-uns de ses amis acclamaient, pour les soutenir, leurs jeunes camarades réfugiés. Deux  compétitions ont été gagnées par des enfants réfugiés, la compétition de billes et celle d’enfilage en aiguille. Ils étaient fiers et heureux.

Puis est arrivée l’heure des compétitions pour adultes pendant lesquelles des adultes et des adolescents réfugiés se sont unis aux résidents pour la compétition des sabots,  la bataille de coussins, le jeu de petits coups guerriers. Personne ne voulait faire la compétition d’escalade sur l’aréquier, sauf Navid. Il a dit que l’escalade de l’aréquier était très spéciale, et était content de participer à cette compétition pour la première fois. Il est immédiatement rentré chez lui et a changé de vêtements. Il est revenu habillé de culottes courtes et de chemisette colorée. Navid était confiant, même s’il était le seul réfugié parmi les 12 jeunes résidents de la compétition. Son corps, mince et léger, ne le préoccupait pas, ni le décourageait. Avant de commencer à grimper sur l’aréquier, il a écouté les indications données par un jeune résident, son co-équipier.

Malgré la taille de son corps, Navid était très fort et inébranlable. Il a surtout occupé le bas et était toujours prêt à offrir ses épaules pour soutenir d’autres jeunes qui essayaient de grimper et conquérir le grand mât  glissant. Malgré la chaleur de l’ensoleillement, Navid ne s’est pas plaint et est resté enthousiaste. De temps en temps, il grimpait seul mais continuait à glisser à cause de l’huile frottée sur le mât.  Pendant environ deux heures, ils ont essayé, sans succès, d’arriver au sommet. Le public continuait à les encourager avec confiance, certain que l’équipe pouvait y arriver.

Une demi-heure plus tard, Navid et ses co-équipiers ont finalement réussi à faire flotter le drapeau rouge et blanc dès leur arrivée là-haut. Tout le monde était touché et tous ont applaudi, y compris les réfugiés. Quelques dames se sont même émues en applaudissant et acclamant. La beauté de l’unité et la chaleur qui a rayonné de cette expérience ont montré que la célébration de l’indépendance de l’Indonésie peut être un plaisir  non seulement pour les citoyens indonésiens, mais aussi pour les nouveaux arrivés. Des sourires de contentement et fierté sont apparus sur les visages tandis que le drapeau rouge et blanc flottait dans l’air estival.

– Leocadia Puspitasari, soigneuse et membre du bureau Education, JRS Indonésie

*Les noms et les détails identitaires ont été changés pour protéger la privacy des personnes.