Ce site utilise les types de cookies suivants: navigation / session et analytique aussi de tiers. En cliquant sur "Plus d'informations", vous affichez les informations étendues sur les types des cookies utilisés et vous pouvez choisir de les autoriser ou non en naviguant sur le site.
PLUS D'INFORMATIONS
x

visualisez toutes les campagnes


Faheem dans son appartement partagé à Amman , Jordanie (JRS)

Amman, 7 août 2018 – Ahmed, un membre de l’équipe des visites à domicile du Service Jésuite des Réfugiés (JRS) Jordanie, frappe à la porte ornée de métal.

On entend un bruit de pas, Faheem* ouvre la porte et invite Ahmed à entrer.

L’appartement  est plus grand que la plupart des logements typiques pour demandeurs d’asile urbains vivant à Amman en Jordanie ; un lieu où  le loyer est exorbitant et les logements disponibles en nombre limité-

Le JRS Jordanie comprend les difficultés du déplacement urbain et ces visites sont une occasion pour connaitre  les besoins  des familles vulnérables.

Une fois entré, Ahmed , qui est un réfugié lui-même, commence sa visite en demandant à  Faheem comment vont sa femme et ses enfants, si leur situation de vie est améliorée  et si son dos lui fait toujours mal. Ils se parlent comme de vieux amis, tous deux conscients des problèmes de l’autre.

« Ici, » dit-il, « on ne fait que survivre… »

La nourriture est toujours difficile à trouver, mais les moyens nécessaires pour en acheter sont encore plus compliqués à obtenir. Etant donné que Faheem, comme les nombreux réfugiés soudanais en Jordanie, ne peut pas obtenir un permis légal de travail.

Il explique que sa famille ne pouvait pas rester au Soudan qui était devenu très peu sûr surtout à cause de ses activités pour les droits humains. Ce n’était pas un endroit où ses enfants pouvaient grandir, et c’est pour cela qu’il est venu ici.

Lui qui est un activiste des droits humains. Maintenant il est un ‘papa à la maison’.

Leurs journées se passent à attendre – attendre la possibilité de travailler, peut-être qu’il faudra aller ailleurs, et surtout à cause de la prochaine arrivée de leur deuxième fille.

Ses deux premiers enfants, dit-il avec un regard tranquille, passent leur journée a l’école. « Je dois espérer pour eux un meilleur avenir. C’est pour cela que je suis ici, » dit-il.

*Les noms et les détails identitaires ont été changés pour protéger la privacy des personnes.