Ce site utilise les types de cookies suivants: navigation / session et analytique aussi de tiers. En cliquant sur "Plus d'informations", vous affichez les informations étendues sur les types des cookies utilisés et vous pouvez choisir de les autoriser ou non en naviguant sur le site.
PLUS D'INFORMATIONS
x

visualisez toutes les campagnes

Dzaleka, 4 septembre 2018 – La toute première Conférence Naweza pour jeunes-filles s’est tenue  dans le camp pour réfugiés de Dzaleka, Malawi, le mois dernier dans les locaux de la Croix-Rouge. Cette Conférence faisait partie  du projet Naweza, un partenariat entre le Service Jésuite des Réfugiés (JRS) et la fondation Fidel Gotz, qui vise à habiliter les réfugiées, accroitre leur accès à l’éducation et en améliorer la qualité, ainsi que leur sécurité et leur bien-être général. La manifestation a constitué le début officiel du projet Naweza au camp de Dzaleka, au Malawi.

La Conférence a rassemblé 75 jeunes-filles de l’école primaire Umodzi Katudza et de l’école communautaire secondaire de jour de Dzaleka  sur le thème de Voix, Choix et Contrôle. Dans la ligne de ce thème, les participantes ont discuté de situations dans leurs vies qui rendaient difficile de trouver leurs voix. Elles ont lu et appris sur Leymah Gbowee, une activiste de la paix du Liberia et Prix Nobel de la Paix, qui a trouvé sa voix et a apporté la paix dans son pays en créant un mouvement de femmes pour la paix. Les bourses d’études Naweza pour filles pour continuer et entreprendre leur éducation supérieure et l’école secondaire en internat ont également été présentées.   

En outre, les participantes ont écouté les encourageantes paroles d’un bon nombre d’orateurs.  Le médecin MireilleTwayigira, l’oratrice principale de la manifestation, a raconté ses expériences et comment elle a affronté ses difficultés de réfugiée rwandaise pour poursuivre son rêve de devenir médecin. Les jeunes-filles ont aussi été encouragées par Patricia Simoya, la directrice du camp, qui est la seule représentante femme de la gestion du camp de Dzaleka. Finalement, elles ont écouté Muriel lllunga, une réfugiée congolaise qui est responsable communautaire avec Plan Malawi concernant l’SGBV (violence sexuelle et basée sur le genre) , et Mami Ilunga, une infirmière congolaise réfugiée, assistante au Centre sanitaire de Dzaleka.

Les participantes ont montré leurs talents en danse, poésie, art dramatique et chant. Toutes les représentations étaient en ligne avec les thèmes de Voix, Choix et Contrôle. L’après-midi, les conférencières ont tenu des sessions de discussions, au cours desquelles chaque jeune fille avait la possibilité d’exprimer son opinion, apprendre à faire de bons choix, et parler de l’importance d’avoir le contrôle sur sa propre vie.

 Dans son ensemble, la Conférence a été un succès : les réactions des participantes ont été positives et enthousiastes. Les représentants des agences organisatrices étaient satisfaits de la Conférence et ont communiqué au JRS qu’ils sont prêts à soutenir le JRS et FGS à mettre en œuvre  le projet Naweza. Les participantes ont rapporté qu’elles avaient appris de nouveaux concepts et idées sur l’éducation, la prise de décision, l’élaboration d’un objectif et l’apprentissage par ses camarades. Nous espérons que cette Conférence, en commun avec les autres interventions du projet Naweza, contribuera  à la réalisation d’        effets positifs et de longue durée dans le but que les jeunes filles restent à l’école, en évitant les mariages précoces et les grossesses d’adolescentes, ainsi que pour soutenir les jeunes-filles à réaliser leurs objectifs, devenir des leaders, et des modèles à suivre pour d’autres jeunes filles réfugiées dans le camp de Dzaleka et au-delà.