visualisez toutes les campagnes
Syrie: la vie quotidienne, un combat pour survivre Les promesses des donateurs doivent donner la priorité à la détresse humanitaire urgente des Syriens déplacés Jordanie : un rayon d’espoir Jordanie: un périlleux et difficile voyage vers la sécurité Jordanie: Pris entre les souvenirs du passé et la réalité d'aujourd'hui Jordanie: le rêve d'une Syrie ouverte Jordanie: Manger la poussière ici ou mourir en Syrie Jordanie: l'éducation en ligne permet de tirer partie des compétences des réfugiés Jordanie: des réfugiés aident des réfugiés Le Directeur du JRS Moyen Orient en visite aux Etats-Unis Liban: une tasse de thé dans la neige Le Liban avant et après le déplacement, à travers les yeux des enfants Liban: préserver un esprit spécial Liban: la barrière de la langue empêche les enfants syriens d'aller à l'école Liban: les enfants réfugiés comptent sur l'école Liban : L’école permet aux étudiants de rêver à l’avenir Liban: les enfants syriens ont besoin de plus que d'une éducation traditionnelle Liban: des familles syriennes fuient pour protéger leurs enfants Liban, xénophobie à l’égard des Syriens Moyen Orient: la protection des civils syriens doit être une priorité mondiale Prière pour la Syrie: heureux les artisans de paix Six ans après, des Syriens partagent des récits d'espoir pour l'avenir Syrie: Elargissement de l'éventail des services au milieu de la tourmente Syrie: Entre peur et violence, lutter pour survivre Syrie: les pénuries de pain et de combustible à Alep s'ajoutent aux soucis quotidiens Syrie: rapprocher les familles Syrie: des cris en faveur de la paix Syrie: La solution se trouve dans le dialogue, non dans la guerre Syrie: Les déplacés syriens luttent pour trouver un abri Syrie: encourager les personnes déplacées à s'impliquer dans l'aide d'urgence Syrie: L'esprit de résistance demeure en dépit des ruines Syrie: Examiner le rôle des femmes confrontées au conflit, d'un point de vue humanitaire Syrie : Trouver une communauté au Centre Alberto Hurtado Syrie: s'accrocher à la réalité à Alep Syrie: la situation humanitaire se détériore rapidement dans la région Syrie: dans le conflit, la persécution atteint tout le monde, chrétiens et musulmans Syrie: les réfugiés iraquiens aux marges d'un autre conflit Syrie: Le JRS demande un passage sûr pour toute la population civile Syrie: Le JRS renforce le soutien d'urgence dans Alep Syrie: Laila, l'art est dans son cœur Syrie: que ce quatrième anniversaire de la guerre soit le dernier Syrie: Des réseaux locaux de solidarité et le JRS aident des familles déplacées Syrie: un réfugié a trouvé le but de sa vie dans le Centre Mukhales Syrie : des rêves brisés, mais des braises d’espoir Syrie: des milliers de déplacés après une recrudescence de la violence à Sheikh Maqsoud Syrie: transformer la douleur en une arme puissante Syrie: deux années de conflit menacent l'éducation et le bien-être des enfants Syrie: mise à jour sur l'aide d'urgence du JRS Syrie : Mise à jour de la situation à Damas Syrie: il y a urgence pour l'approvisionnement d'hiver Syrie: A Damas, la violence nourrit le désespoir et la peur Syrie: les volontaires sont essentiels au travail du JRS Syrie: l'eau, le don le plus simple de tous Syrie: pourquoi les gens fuient et pourquoi ils ont besoin de protection Syrie: l'oeuvre d'une communauté jésuite est reconnue par une fondation allemande pour les droits humains Syrie: nous sommes guidés par les principes de neutralité, de non-violence et de participation Etats-Unis: le Service Jésuite des Réfugiés soutient la Syrie Les Voix de l'Europe s'unissent pour aider les réfugiés syriens


Kassem espère qu’un jour il deviendra enseignant des arts. Il est habile au billard et passe une bonne partie de son temps libre à jouer au billard avec ses amis. (Kristóf Hölvényi/Service jésuite des réfugiés)

Baalbek, 15 mars 2017 – C’est une tragédie, qui restera pour toujours gravée dans sa mémoire. Il la raconte comme si c’était arrivé hier. Il rappelle la date exacte de ce qui est arrivé au mois d’août 2013. Kassem avait huit ans (maintenant il a environ 12 ans); comme tout enfant en Syrie il aime les jeux et s’amuser, oubliant le conflit qui a marqué les vies de sa famille et de leurs voisins.

En cette journée fatidique, une bombe est tombée sur la maison de leur voisin dans son village de Al-Ghouta (Deir Al Asafir). Toute sa famille a couru hors de la maison pour voir ce qui était arrivé et pour leur propre sécurité. Sa mère, qui était alors enceinte de six mois, est rentrée dans la maison pour éteindre le gaz. Kassem ne se rappelle pas ce qui est arrivé après. On lui a dit ensuite qu’une autre bombe est tombée sur eux – tuant en quelques secondes son père, ses deux sœurs et son frère ; sa mère enceinte et lui-même ont été les seuls survivants. La bombe a emporté sa jambe droite.

Avec quelques membres de sa famille et des amis, ils ont dû laisser toute chose derrière eux et s’enfuir à Jaramana (dans le Damas rural). Quelque temps après, avec grandes difficultés, sa mère a réussi à entrer au Liban avec Kassem. Là elle a accouché d’un garçon qu’ils ont appelé Hammud. Aujourd’hui, Baalbek, dans la vallée Bekaa, est leur foyer. Sa mère a eu la chance de trouver un travail dans un magasin de meubles pour aider à nouer les deux bouts

Pour Kassem, d’une certaine manière, la vie fait son cercle complet. Il s’épanouit  dans le Noor-2 Educational Centre du JRS à Baalbek. Le Centre est un lieu où il trouve acceptation et appartenance et, surtout, la possibilité de faire quelque chose de positif dans sa vie. « Oh oui, » dit-il, « quelques-uns de mes amis se moquent de moi et m’appellent « sans jambe ». Il dit cela avec peine car il n’aime certainement pas être taquiné. Toutefois, avec une confiance en soi qui le caractérise, Kassem dit : « Je sais faire tout ce qu’ils font et quelquefois bien plus ! » Pour me le prouver, il dévale un étage d’escaliers au Centre, ce qui pourrait embarrasser un enfant robuste de son âge. 

Kassem a des rêves. Il aime beaucoup les arts et l’anglais. Son professeur préféré est son professeur d’arts. Il espère qu’un jour il deviendra enseignant des arts lui aussi. Il est habile au billard et passe une bonne partie de son temps libre à jouer au billard avec ses amis.

C’est vrai, le conflit lui a enlevé une grande partie de son enfance – mais pas de préoccupations pour Kassem. Il est prêt à affronter bravement le défi d’un nouveau monde.

Kristóf Hölvényi