visualisez toutes les campagnes
Syrie: la vie quotidienne, un combat pour survivre Les promesses des donateurs doivent donner la priorité à la détresse humanitaire urgente des Syriens déplacés Jordanie : un rayon d’espoir Jordanie: un périlleux et difficile voyage vers la sécurité Jordanie: Pris entre les souvenirs du passé et la réalité d'aujourd'hui Jordanie: le rêve d'une Syrie ouverte Jordanie: Manger la poussière ici ou mourir en Syrie Jordanie: l'éducation en ligne permet de tirer partie des compétences des réfugiés Jordanie: des réfugiés aident des réfugiés Le Directeur du JRS Moyen Orient en visite aux Etats-Unis Liban: une tasse de thé dans la neige Le Liban avant et après le déplacement, à travers les yeux des enfants Liban: préserver un esprit spécial Liban: la barrière de la langue empêche les enfants syriens d'aller à l'école Liban: les enfants réfugiés comptent sur l'école Liban: Courir de nouveau avec des amis Liban : L’école permet aux étudiants de rêver à l’avenir Liban: les enfants syriens ont besoin de plus que d'une éducation traditionnelle Liban: des familles syriennes fuient pour protéger leurs enfants Liban, xénophobie à l’égard des Syriens Moyen Orient: la protection des civils syriens doit être une priorité mondiale Prière pour la Syrie: heureux les artisans de paix Six ans après, des Syriens partagent des récits d'espoir pour l'avenir Syrie: Elargissement de l'éventail des services au milieu de la tourmente Syrie: Entre peur et violence, lutter pour survivre Syrie: les pénuries de pain et de combustible à Alep s'ajoutent aux soucis quotidiens Syrie: rapprocher les familles Syrie: des cris en faveur de la paix Syrie: La solution se trouve dans le dialogue, non dans la guerre Syrie: Les déplacés syriens luttent pour trouver un abri Syrie: encourager les personnes déplacées à s'impliquer dans l'aide d'urgence Syrie: L'esprit de résistance demeure en dépit des ruines Syrie: Examiner le rôle des femmes confrontées au conflit, d'un point de vue humanitaire Syrie: s'accrocher à la réalité à Alep Syrie: la situation humanitaire se détériore rapidement dans la région Syrie: dans le conflit, la persécution atteint tout le monde, chrétiens et musulmans Syrie: les réfugiés iraquiens aux marges d'un autre conflit Syrie: Le JRS demande un passage sûr pour toute la population civile Syrie: Le JRS renforce le soutien d'urgence dans Alep Syrie: Laila, l'art est dans son cœur Syrie: que ce quatrième anniversaire de la guerre soit le dernier Syrie: Des réseaux locaux de solidarité et le JRS aident des familles déplacées Syrie: un réfugié a trouvé le but de sa vie dans le Centre Mukhales Syrie : des rêves brisés, mais des braises d’espoir Syrie: des milliers de déplacés après une recrudescence de la violence à Sheikh Maqsoud Syrie: transformer la douleur en une arme puissante Syrie: deux années de conflit menacent l'éducation et le bien-être des enfants Syrie: mise à jour sur l'aide d'urgence du JRS Syrie : Mise à jour de la situation à Damas Syrie: il y a urgence pour l'approvisionnement d'hiver Syrie: A Damas, la violence nourrit le désespoir et la peur Syrie: les volontaires sont essentiels au travail du JRS Syrie: l'eau, le don le plus simple de tous Syrie: pourquoi les gens fuient et pourquoi ils ont besoin de protection Syrie: l'oeuvre d'une communauté jésuite est reconnue par une fondation allemande pour les droits humains Syrie: nous sommes guidés par les principes de neutralité, de non-violence et de participation Etats-Unis: le Service Jésuite des Réfugiés soutient la Syrie Les Voix de l'Europe s'unissent pour aider les réfugiés syriens


Quand Mahmoud est venu au Centre au début, son comportement était plutôt agressif, peu sociable et renfermé. Sa vie a graduellement changé grâce à l’environnement adapté fourni au Centre (JRS Syrie)

Jaramana, 20 mars 2017 – Mahmoud semble avoir tout vu au cours de ses treize ans d’existence sur terre : la guerre et la violence, le déplacement  et la fuite, le rejet et la solitude, le travail dur et la vulnérabilité.

Quand il a parlé de ses expériences vécues, des larmes ont progressivement coulé sur ses joues. Ses yeux étaient encore gonflés de sommeil pour avoir travaillé dans la nuit comme garçon de bureau. « Je n’aime pas ce travail, c’est vraiment dur de rester réveillé jusqu’à 4h du matin chaque jour ; mais je gagne aussi 1500 LS par jour. » Il  s’arrête de parler pendant quelque temps puis reprend : « Je ne sais pas si je vais continuer ce travail ou pas. » 

Mahmoud est né à Alep. Son père a quitté sa mère kurde Samya, quand Mahmoud avait un an. «  Je ne sais pas pourquoi mon père nous a quittés » dit-il. La tragédie est complexe parce que la naissance de Mahmoud n’a jamais été déclarée dans les dossiers gouvernementaux. Il n’a pas de certificat de naissance. En Syrie, officiellement, il n’existe pas.

 Plus tard, sa mère l’a emmené à Al-Kabbas dans le Damas rural. Quand le conflit a éclaté, ils ont fui à Jaramana. Samya a épousé Ammar qui sert dans l’armée. La vie à la maison est extrêmement dure pour Mahmoud ; il n’aime pas en parler. Il ne prend même pas ses repas avec sa mère et son beau-père, à la maison ; il a son seul repas complet quotidien au Centre Alberto Hurtado du JRS, à Jaramana, Damas rural.

Quand Mahmoud est venu au Centre au début, son comportement était plutôt agressif, peu sociable et renfermé. Sa vie a graduellement changé grâce à l’environnement adapté fourni au Centre – d’appartenance et d’acceptation à travers les programmes de  protection de l’enfant et d’éducation ainsi que de conseil psychologique  individuel. 

Bilal Al-Abdallah, un des animateurs du JRS au Centre Alberto Hurtado, a eu un rôle crucial dans la croissance de Mahmoud. Le fort de Bilal est d’accompagner les enfants et adolescents. Personne chaleureuse et aimante, Bilal a aidé Mahmoud à surmonter les moments négatifs de sa vie.

Cependant, ce n’est pas encore sans heurt. Même quand il parle, Mahmoud montre combien il a souffert dans sa vie ; toutefois, ce qu’il a réalisé dans le passé récent est à la fois courageux et louable.