visualisez toutes les campagnes


Le JRS a démarré des programmes de formation des enseignants, des cours d’anglais pour jeunes et adultes ainsi qu’une école maternelle à Maban (Angela Wells / Jesuit Refugee Service).

Maban, 29 juillet 2015 - « L’éducation apprendra aux enfants comment apporter la paix à l’aide d’une plume et de la table des négociations » dit Leila, une enseignante réfugiée de 27 ans, qui provient du Soudan et a consacré toute sa vie à promouvoir l’éducation contre l’injustice.

Pendant des décennies, les populations du Soudan et du Soudan du Sud ont souffert des injustices et des conflits en cours alors que la puissante classe dominante valorisait bien plus les ressources économiques que les vies humaines.

 « Quand j’enseigne, je me sens heureuse parce que je sais que mes étudiants apprendront à connaître leurs droits » a-t-elle dit dans son habitation au camp pour réfugiés de Gendrassa, Soudan du Sud.

Là où le Service Jésuite des Réfugiées œuvre, dans le comté de Maban, Haut-Nil, les réfugiés du Soudan constituent plus des deux tiers de la population locale. La communauté d’accueil actuelle comprend de nombreux retournés récents, qui étaient en exil au Soudan durant la deuxième guerre civile. Ils sont rentrés chez eux et ont trouvé un gouvernement local faible, incapable de fournir des services de base. Ceci est spécialement vrai de l’éducation, vu que les écoles secondaires ont été fermées pendant l’année 2014, et quelques-unes seulement ont récemment rouvert leurs portes. Les écoles primaires gérées par le gouvernement se battent encore maintenant pour offrir un minimum de services. 

Non seulement l’éducation assure que les jeunes générations acquièrent les connaissances dont elles ont besoin, mais elle instille un sentiment de normalité auprès des enfants et des adolescents, et de l’espoir pour leurs communautés. Ceci est certainement le cas au Soudan du Sud où moins de la moitié des enfants vont à l’école et où les  taux d’illettrisme sont parmi les plus élevés du monde. Il en est de même pour les 130.000 réfugiés soudanais qui demandent l’asile dans le comté de Maban, au Soudan du Sud.

Le JRS investit en enseignants qui encouragent une nouvelle génération de constructeurs de la paix. Le JRS a démarré des programmes de formation des enseignants, des cours d’anglais pour jeunes et adultes ainsi qu’une école maternelle à Maban, qui est ouverte à la fois aux réfugiés et à la population d’accueil.

Donner la priorité à l’éducation protègera des vies aujourd’hui et construira un demain plus juste.

-- Angela Wells, Responsable de la communication pour le JRS Afrique Orientale.