Ce site utilise les types de cookies suivants: navigation / session et analytique aussi de tiers. En cliquant sur "Plus d'informations", vous affichez les informations étendues sur les types des cookies utilisés et vous pouvez choisir de les autoriser ou non en naviguant sur le site.
PLUS D'INFORMATIONS
x

visualisez toutes les campagnes

Rome, 20 juin 2018 – Le pape François a a pressé la communauté mondiale d’adopter une réponse partagée à la situation mondiale des réfugiés, qui peut être définie en 4 mots : accueillir, protéger, promouvoir, intégrer. En cette Journée Mondiale des Réfugiés, le Service Jésuite des Réfugiés (JRS) et Entreculturas construisent sur les mots du pape François en plaidant pour l’éducation des réfugiés à travers la campagne 4 Words to Open the World (4 mots pour ouvrir le monde).

Dans des pays comme le Liban, le Soudan du Sud, le Tchad et la République Centrafricaine, le JRS et Entreculturas donnent une expression concrète à ces quatre mots dans notre service aux personnes déplacées de force, en particulier à travers des projets éducatifs. Dans des programmes qui vont de l’éducation formelle à l’éducation informelle, et d’écoles préscolaires  à la formation des enseignants, nous fournissons de l’éducation qui répond aux  besoins des réfugiés et renforce leur espoir.

L’éducation joue un rôle essentiel pour soutenir les personnes, et quelquefois même sauver des vies. Dans les urgences et dans les situations difficiles prolongées : quand les réfugiés sont déplacés pour une longue période, des générations entières peuvent être perdues à cause d’un manque d’éducation.

« J’aime vraiment aller a l’école » dit Ali, un réfugié syrien qui fréquente une de nos écoles au Liban. « Je ne veux pas quitter l’école. Mon seul espoir pour l’avenir est de savoir lire et écrire » dit-il.

Les écoles sont des lieux sûrs où les enfants peuvent rencontrer d’autres enfants, s’épanouir après leur traumatisme, et retrouver la normalité et la stabilité malgré leur déplacement. L’éducation est une manière d’assurer leur sécurité et leur bien-être . Fréquenter l’école protège les enfants et les adolescents contre une exposition à des risques comme le travail des enfants,  l’exploitation sexuelle, le recrutement militaire et le mariage précoce.

L’accès à l’éducation préscolaire et primaire est particulièrement important parce que c’est l’accès à un processus d’apprentissage qui dure toute la vie. L’éducation est essentielle pour les enfants et adolescents déplacés afin qu’ils acquièrent les outils nécessaires pour développer leur potentiel et contribuer à la croissance et la stabilité de leurs communautés.

Toutefois, les enfants réfugiés ont cinq fois plus de probabilité de ne pas être à l’école que les enfants non-réfugiés. Seulement 61% des enfants réfugiés ont accès à l’école primaire, contre 91% des autres enfants dans le monde. Il y a un urgent besoin de fortement accroitre l’accès à l’école de ces enfants réfugiés.

Avec 4 mots pour ouvrir le monde, le JRS et Entreculturas pressent les autorités et les communautés mondiales à accroitre leurs efforts pour que soit fournie l’éducation aux enfants et adolescents réfugiés et qu’ils se sentent accueillis, que leurs compétences et leurs talents soient promus, qu’il soit assuré qu’ils sont protégés et préparés à être intégrés dans leurs communautés d’accueil.

Cliquez ici pour visiter le site de la campagne.