visualisez toutes les campagnes

Masisi,13 octobre 2017 – Dans cette province orientale du Nord Kivu de la République Démocratique du Congo (RDC), le territoire de Masisi reste accablé de conflits armés, de violence ethnique et d’instabilité. Comme la situation est peu sûre, des milliers de familles fuient leurs habitations chaque année.

Sergi Camara/Entreculturas

Un grand nombre de personnes qui fuient leur habitation à la rechercher de sécurité et de  survie ne quittent jamais la République Démocratique du Congo. Elles restent dans des  peuplements formels ou informels, personnes déplacées dans leur propre pays. Sans possibilité  ni de traverser la frontière ni de rentrer chez elles.  

« Le pays est dans une de ces crises oubliées de notre époque » dit Elisa Orbañanos , directrice du programme JRS des Grands Lacs. « … aujourd’hui la population de déplacés internes en RDC s’élève à 3,8 millions de personnes, et, dans le Nord Kivu seulement, il est estimé que 957.000 personnes sont personnes déplacées. »

Sergi Camara/Entreculturas

A Masisi, outre l’aide d’autres organisations, le JRS soutient six camps avec des projets éducatifs, de l’aide d’urgence, des activités de gagne-pain et des services pastoraux et psychosociaux.

Sergi Camara/Entreculturas

Faisant partie du projet de bien-être psychosocial, des ateliers qui couvrent des sujets tels que hygiène et santé, rapports humains, et nutrition, sont organisés. En particulier,  à cause de la réalité du conflit en cours dans cette région, le soutien psychosocial est essentiel pour les femmes et les jeunes filles qui sont rescapées de violence sexuelle.

Sergi Camara/Entreculturas

Fondé par Entreculturas, un projet éducatif en cours à Masisi vise à améliorer l’accès des jeunes à l’enseignement de qualité de l’école secondaire. Similairement, Alboan œuvre  à élargir l’accès à la scolarité dans la région, en construisant la capacité d’autorité locale pour l’éducation.

Sergi Camara/Entreculturas

« La vie quotidienne  n’est pas facile. Cependant, tout petit succès ici veut dire  un changement substantiel dans la vie  d’une autre personne… un adolescent qui passe l’examen national, une femme qui ouvre sa propre boutique de couture… » explique Elisa sur la réalité de l’accompagnement des personnes à Masisi.

Sergi Camara/Entreculturas

« Le plus grand défi est de ne pas permettre que ce pays soit oublié. »

Entreculturas, Alboan et JRS n’oublieront pas et continueront à marcher aux côtés des personnes déplacées dans le Nord Kivu tandis que ces personnes attendent de retourner chez elles - où  que ce soit et quand que ce soit.

– Photos de Sergi Camara/Entreculturas ; article de Isabelle Shively, assistante à la communication au JRS international

Pour lire une interview complète par Elisa, cliquez ici (disponible en espagnol seulement)