Ce site utilise les types de cookies suivants: navigation / session et analytique aussi de tiers. En cliquant sur "Plus d'informations", vous affichez les informations étendues sur les types des cookies utilisés et vous pouvez choisir de les autoriser ou non en naviguant sur le site.
PLUS D'INFORMATIONS
x

visualisez toutes les campagnes


Des participants au programme des Communautés d’hospitalité, avec leurs hôtes. (Centro Astalli)

Rome, 7 février 2018 – Répondant à l’appel du pape François en 2013 pour que les congrégations religieuses accueillent des réfugiés, le Centro Astalli, Service Jésuite des Réfugiés (JRS) Italie, a développé un projet innovateur d’accompagnement des réfugiés au cours de la dernière étape  de leur intégration.

Le projet, Communautés d’hospitalité, aide les institutions religieuses à accueillir des réfugiés - des familles et des individus - qui sont récemment sortis des centres de réception.
Après avoir quitté les centres de réception, les réfugiés se trouvent dans une  étape très délicate de leur intégration ; ils parlent l’italien, ont des papiers légaux, et sont sur la route de développer complètement leur autonomie mais peuvent avoir encore besoin de soutien.

Dans ce contexte, les institutions et les congrégations religieuses peuvent procurer ce dernier soutien en fournissant le logement, l’alimentation , la compagnie et des services publics, et l’hôte peut se concentrer sur la construction de son autonomie financière et sociale en Italie. Il s’agit de trouver un équilibre entre aider et donner de l’espace pour que l’individu puisse croitre.  

“La vie dans les centres de réception n’est pas facile. Maintenant, au contraire, nous nous sentons chez nous, bienvenus et estimés. Mes enfants aussi sont heureux et nous avons oublié toutes les difficultés du passé, dit Patience qui a été l’hôte de la congrégation des religieuses de Jésus et Marie (RJM) avec son mari Boukare et leurs jeunes enfants.

Sœur Marta de RJM se sent de façon semblable à propos de cette expérience. « Pour nous, cela a été un vrai job, surtout avoir les enfants autour de nous chaque mati. Cela a été l’occasion d’ouvrir nos yeux, de connaître une autre réalité, de raconter qui nous sommes et ce que nous avons, et de comprendre qu’ouvrir la porte de notre maison est la plus belle chose qui existe. »

A la fin de 2017,plus de 200 réfugiés avaient été accueillis par plus de 30 institutions religieuses à travers l’Italie. Ces réfugiés sont venus de plus de 25 pays différents, notamment du Sénégal, de la Syrie et de l’Afghanistan.

La nature interreligieuse et interculturelle du programme veut dire que les institutions hospitalières et leurs hôtes construisent une culture de la rencontre : les personnes font connaissance les uns des autres, ce qui encourage le dialogue et l’amitié, et elles partagent leur vie quotidienne avec des personnes qui sont différentes d’elles-mêmes de nombreuses manières.

Pour Ireéne, réfugiée de la République Démocratique du Congo, chaque journée de vie avec les Missionnaires Mercedarian de Berriz l’ont  conduite à son futur mari. Maintenant, elle est mariée et attend un enfant.

« Je pense qu’elle nous a passé sa  félicité et quand elle est venue et a dit que nous étions sa famille ici, c’était très émouvant… Je crois que nous devons tous être touchés par cela » dit Sœur Maria en ajoutant quelques minutes plus tard « Maintenant nous attendons notre petit-fils…Il est notre petit--fils, n’est-ce pas ? Bien sûr ! »

A travers les Communautés d’hospitalité, les familles sont accompagnées, soutenues, plus fortes et même créées. C’est la compréhension mutuelle et l’échange d’expériences qui sont encouragés par ce projet, qui continueront à créer des sociétés inclusives et sûres, ouvertes à accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les réfugiés.