Ce site utilise les types de cookies suivants: navigation / session et analytique aussi de tiers. En cliquant sur "Plus d'informations", vous affichez les informations étendues sur les types des cookies utilisés et vous pouvez choisir de les autoriser ou non en naviguant sur le site.
PLUS D'INFORMATIONS
x

visualisez toutes les campagnes


Yana regarde son certificat de 6e année. (JRS)

Damas, 14 mars 2018 – Ses yeux sont pleins d’amour et de gratitude tandis qu’elle dit joyeusement : « Regardez ce que j’ai ! » Yana* entre dans la pièce de réception du Centre JRS Ibrahim Muslih et déploie fièrement le fruit de ses efforts et de son dur travail : un certificat d’obtention  du diplôme de 6e année.

Yana, une femme de 51 ans, s’est déplacée en 2012 de Ghouta, quartier situé juste en dehors de Damas, et vit maintenant à Dwelaa avec son mari et deux de leurs enfants. Ce n’est que quand elle s’est installée à Damas qu’elle s’est rendu compte qu’elle avait vraiment besoin de savoir lire et écrire.

« Quand j’ai ouvert des livres de mes enfants et ne savais pas ce qu’il y avait dedans, je me suis sentie mécontente de ma situation » a-t-elle expliqué.

Selon les anciennes coutumes et traditions , les filles ne pouvaient pas aller à l’école ni même sortir seules de la maison.

Quand elle a déménagé à Damas, elle a commencé à faire de la couture, mais n’était pas contente parce qu’elle ne savait pas lire les nombres sur le ruban de mesurage. Alors, elle a commencé à mémoriser les nombres elle-même.

Elle a appris l’existence du Centre Ibrahim Musleh du JRS à Dwelaa, et s’est inscrite à l’atelier de lecture-écriture pour débutants. Après avoir terminé les cours pour débutants et ceux pour avancés au Centre, des amis lui ont conseillé de s’inscrire dans un cours d’un autre centre pour obtenir son certificat d’école primaire et compléter son éducation. Yana n’y a pas pensé longuement mais y est allée et a passé le test de placement. A partir de ce moment, sa vie a commencé à changer.

Son mari, Delavan, qui ne sait ni lire ni écrire, a été celui qui l’a le plus encouragée. Il la testait en essayant de simplement épeler les mots. Quand on lui posait des questions sur les études de sa femme, Delavan  disait que son cahier semblait être la chose la plus précieuse qu’elle avait. « J’ai senti qu’elle voulait me dire que je pouvais apprendre à lire, écrire et calculer comme tout le monde. »

Elle a très bien réussi son examen final, montrant combien son espoir infini, sa confiance en soi, et sa détermination lui ont permis de surmonter les difficultés.
Maintenant, Yana étudie intensivement les programmes de 7è et 8è années, elle rêve d’obtenir le certificat de 9e année.

Au début, quand elle est arrivée au Centre Ibrahim Musleh du JRS, Yana ne savait pas lire une seule lettre, mais avec la solidarité de l’équipe du JRS, elle a maintenant une pleine confiance dans ses capacités. Maintenant, elle croit que chaque personne a des opportunités et des possibilités,  mais ce développement personnel est impossible si les personnes ne sont pas encouragées et ne reçoivent pas de soutien.

« Quand j’étais ici dans le Centre, je me sentais comme si j’étais en compagnie de mes sœurs et de ma famille…les frères et sœurs  ici m’ont aidée  à sortir des peines de la guerre dans notre pays, et m’ont donné confiance dans mes possibilités. »

*Tous les noms et détails identitaires ont été changés pour protéger la privacy des personnes

Si vous êtes intéressé à soutenir l’œuvre du JRS en Syrie, cliquez ici.