Ce site utilise les types de cookies suivants: navigation / session et analytique aussi de tiers. En cliquant sur "Plus d'informations", vous affichez les informations étendues sur les types des cookies utilisés et vous pouvez choisir de les autoriser ou non en naviguant sur le site.
PLUS D'INFORMATIONS
x

visualisez toutes les campagnes


Ammar après sa première opération aux yeux (JRS Damas)

Damas, 22 mars 2018 – “Regarde, je suis comme toi maintenant” dit Ammar* en souriant fièrement et en enlevant ses lunettes pour montrer qu’il peut complètement ouvrir ses yeux, maintenant.

Agé de 12 ans, Ammar souffre d’une maladie génétique qui provoque la baisse de ses paupières. Cela à son tour provoque sa mauvaise vue et a fortement endommagé ses rétines.

Sa maladie a empiré quand Ammar et sa famille se sont déplacés de la Ghouta orientale il y a six ans. Peu de temps après leur déplacement, son père a disparu et, dans l’impossibilité de nouer les deux bouts, la famille a été expulsée de son logement.

Récemment, le Service Jésuite des réfugiés a pu accompagner Ammar en organisant pour lui une opération chirurgicale qui a soulevé ses paupières en préparation à une autre opération quand il sera plus grand.

La procédure non seulement lui a permis d’ouvrir ses yeux à nouveau, mais a aussi ouvert son esprit, il est allé de simplement s’asseoir seul au Centre JRS de Damas à participer aux activités qu’il craignait toujours, comme chanter.

« Maintenant j’ai un groupe d’amis à l’école. Nous rions beaucoup et faisons des activités tous ensemble et je vais même à l’école tout seul quelquefois » explique Ammar sur les changements survenus dans sa vie après l’opération.

Bien qu’il ait encore besoin d’aide pour se rendre à l’école ou se déplacer dans son quartier, sa situation a très nettement amélioré .

Ammar va continuer ses études au Centre JRS à Damas où des enseignants vont l’aider à faire ses devoirs et ses écrits pour qu’il puisse rattraper ses camarades de classe.

« Je veux devenir un acteur et je fais toute la danse que je peux ici, je peux faire beaucoup »

Seulement le temps peut apporter la certitude, mais en attendant, la joie dans les yeux d’Ammar dit tellement de son espoir pour son avenir.

*Tous les noms et les détails identitaires ont été changés pour protéger la privacy des personnes

Si vous êtes intéressé à soutenir l’œuvre du JRS en Syrie, cliquez ici.