Ce site utilise les types de cookies suivants: navigation / session et analytique aussi de tiers. En cliquant sur "Plus d'informations", vous affichez les informations étendues sur les types des cookies utilisés et vous pouvez choisir de les autoriser ou non en naviguant sur le site.
PLUS D'INFORMATIONS
x

visualisez toutes les campagnes


Nour au Centre JRS à Kafroun en Syrie. (JRS)

Kafroun, 30 mars 2018 – L’histoire de Nour* est une histoire de peine, d’un cœur brisé et d’une âme fatiguée, mais c’est aussi l’histoire de comment il est possible de reconstruire l’enfance et l’espoir au milieu de la guerre.

Avant le début du  conflit syrien, Nour vivait dans l’Homs rurale avec sa famille. Peu après qu’éclata la violence, son père a été tué, et elle a fui avec sa mère et sa petite sœur à Tartus, une ville sur la côte syrienne.

Elles ont échappé aux hostilités de la guerre, mais leur nouvelle vie a apporté de nouvelles difficultés. Notamment, la maman de Nour n’a pu trouer qu’un petit logement pour vivre et a commencé à travailler de longues heures comme femme de ménage pour payer son loyer et d’autres nécessités.

Sa mère étant longuement absente, Nour a commencé à ne plus bien s’entendre avec sa demi-sœur. Ces changements, s’ajoutant à la mort de son père, l’a laissée en peine qu’elle ne savait pas comment supporter. Après peu de temps, elle a eu des dépressions qui l’ont souvent menée à se faire du mal à elle-même.

Au Centre du Service Jésuite des Réfugiés (JRS) à Kafroun, les assistants sociaux ont accompagné Nour en l’aidant de façon productives à gérer ses attaques de panique et regagner sa confiance.

Aujourd’hui, avec le soutien de l’équipe JRS, elle continue à apprendre à gérer ses dépressions et elle ne  se blesse plus elle-même.

Au bout de deux mois de suivi, Nour a amélioré de manière évidente et remarquable. Outre à apprendre à mieux comprendre et gérer ses émotions, elle fait des progrès incroyables à l’école.

« Au Centre, j’ai la certitude de savoir  lire et écrire et je ne suis plus fâchée » explique-t-elle..

A la maison, les rapports avec sa demi-sœur améliorent lentement ; elle lui apporte même un biscuit chaque jour en rentrant du Centre.

L’histoire de Nour n’est pas inhabituelle : c’est l’histoire de nombreux enfants à qui l’innocence a été enlevée beaucoup trop tôt.

Pour le moment, il n’y a pas de manière d’éliminer l’injustice et la peine auxquelles sont exposés beaucoup d’enfants syriens, mais nous pouvons les aider à arriver à de nouveaux commencements.

*Tous les noms et les détails identitaires ont été changés pour protéger la privacy des personnes

Si vous êtes intéressé à soutenir l’œuvre du JRS en Syrie, cliquez ici.