visualisez toutes les campagnes


M. Mariano, responsable de l’éducation, explique un jeu d’éducation à la paix à des enfants d’école maternelle. (JRS)

Loikow, 10 mai 2018 – Le Myanmar a été un champ de bataille pendant des dizaines d’années. A cause d’une longue guerre civile, plus de 640.000 personnes se sont déplacées dans le pays. Dans l’Etat de Kayah, la guerre a obligé  plus de 34.000 personnes à se déplacer et près de 12.000 réfugiés vivent encore dans deux camps situés dans la province de Mae Hong Son en Thaïlande, contigüe au Myanmar.

Le Myanmar a des ressources et des services limités. Les réfugiés qui reviennent de Thaïlande peuvent accroitre les pénuries dans les communautés sous-servies et exacerber des conflits entre communautés. Dans l’Etat de Kayah, les régions isolées ne reçoivent que très peu d’aide internationale, et s’appuient largement sur les Eglises locales et sur des organisations non gouvernementales nationales pour obtenir de l’aide humanitaire.

Dans ce contexte, le Service Jésuite des Réfugiés (JRS) soutient l’habilitation éducative et construit la paix et la réconciliation dans les communautés ethniques, tribales et religieuses. Le JRS vise à promouvoir une compréhension commune et une confiance réciproque entre potentielles communautés d’accueil dans l’Etat de Kayah et des personnes déplacées et réfugiées retournées.

En 2017, le JRS a organisé plusieurs sessions de construction de la paix pour enseignants et d’autres partenaires-clés au Myanmar. Ces sessions étaient concentrées sur la compréhension des niveaux de conflit et l’exploration des manières de vivre pacifiquement dans la famille et la communauté plus large. Cela a été réalisé à travers notamment des points de discussions, des remue-méninges, des histoires racontées, des jeux de rôle.

Comme la plupart des participants avaient une expérience directe de vie et de travail avec des communautés ayant fait l’expérience de conflits pendant des décennies, les participants ont appris les uns des autres à travers les activités. Raconter leur propre histoire a été particulièrement efficace et les discussions ont inclus des conversations concernant les conflits liés  aux minorités religieuses et ethniques, aux écoles et communautés, ainsi qu’à des problèmes de terres.

En continuation de ces sessions, le JRS a lancé, en novembre 2017, le Projet d’éducation à la paix au Myanmar. Le Projet a affronté les questions auxquels font face des communautés d’accueil potentielles, des déplacés à l’intérieur du pays et des réfugiés retournés, en promouvant la coexistence pacifique entre tous les groupes.

Le Projet d’éducation à la paix vise les élèves dans les écoles communautaires et des déplacés dans des camps au Myanmar. Les ateliers de formation à l’éducation à la paix seront pourvus dans les Etats Kayah et Kachin, à tous les niveaux : adultes, adolescents et enfants. Des ateliers de formation sont prévus pour 2018 dans quatre camps de déplacés à
Myitkyina, dans l’Etat Kachin, et dans deux écoles maternelles à Loikaw, dans l’Etat de Kayah.

Le Père Aloysius Bi SJ a entrepris sa première expérience d’enseignant en éducation à la paix dans une école maternelle  à Loikaw en novembre 2017. M. Mariano, le responsable de l’éducation à Loikaw a accompagné père Bi et a aidé en traduisant les jeux d’éducation à la paix.

« J’ai dirigé de nombreux séminaires, mais celui de Loikaw a certainement été le plus une gageure » a dit père Bi.

« Les enfants avaient de deux à quatre ans. Cependant, s’adapter au monde de quelqu’un  d’autre et parler une langue que les autres peuvent comprendre est une manière de commencer à construire la paix. Etant donné leur âge, j’ai proposé des jeux qui n’étaient pas conceptuels mais liés à leurs expériences de vie comme dessiner, apprendre à travers des animaux, partager du chocolat. A travers ces jeux, ils ont fait personnellement l’expérience de différentes dynamiques de paix et violence. Leur désir de partager les menaient à la paix et l’harmonie… »