Ce site utilise les types de cookies suivants: navigation / session et analytique aussi de tiers. En cliquant sur "Plus d'informations", vous affichez les informations étendues sur les types des cookies utilisés et vous pouvez choisir de les autoriser ou non en naviguant sur le site.
PLUS D'INFORMATIONS
x

visualisez toutes les campagnes


Carl Chagweda, travailleur sanitaire-communautaire du JRS, aide Melinda à se lever sur un déambulateur, ce qui est une partie des exercices qu’ ils font ensemble chaque semaine pour reconstruire les forces de Melinda.

Johannesburg, 4 juin 2018 – Carl et Fartune sont entrés dans la pièce et le visage de Molline s’est éclairé . Elle était très contente que soient de nouveau dans son appartement les deux travailleurs sanitaires, Carl et Fartune. « J’aimerais qu’ils restent avec moi tout le temps » a dit Molline.

Molline et sa sœur Melinda sont arrivées en Afrique du Sud il y a plus de deux ans. Depuis lors, Molline prend soin de Melinda qui souffre de paralysie et de complications provenant du VIH. Les soins constants et le manque de ressources médicales ont rendu leur passage à l’état de demandeuses d’asile venant du Zimbabwe ressenti comme impossible. Les deux sœurs et le mari de Molline vivent dans un appartement d’une pièce au-dessus d’une volée d’instables marches. Molline a passé une grande partie de son temps à s’occuper de sa sœur, la portant dans son dos en bas et en haut des escaliers. Bien que les deux femmes aient travaillé dans leur vie antérieure, le poids de la maladie ne leur laissait ni le temps ni l’énergie émotionnelle pour chercher du travail ou se sentir capable de commencer une nouvelle vie dans un nouveau lieu. C’est ainsi que le JRS les a rencontrées.

Le JRS a  identifié Molline et Melinda  comme ayant besoin d’aide et a envoyé les travailleurs sanitaires-communautaires Carl et Fartune, qui  rendent visite à Molline et Melinda maintenant plusieurs fois par semaine. Ils exécutent de la thérapie physique et des massages pour aider Melinda à retrouver la sensibilité et le contrôle de ses jambes et pour calmer la douleur. Mais l’aide que Carl et Fartune leur donne va bien au-delà de la simple thérapie physique et assistance médicale de base. Ils aident Molline à nettoyer pour assurer qu’il n’y ait pas d’autres infections bactériales, et à cuisiner pour que Melinda ait l’alimentation dont elle a besoin pour guérir. Ils mettent aussi la famille en contact avec d’autres services et l’assistance médicale nécessaire.      

Pendant ces quelques mois au cours desquels Carl et Fartune ont œuvré avec Melinda, ils ont obtenu de miraculeux résultats. Melinda, qui ne réussissait qu’à s’asseoir, sait maintenant rester debout à l’aide d’un déambulateur et espère réussir bientôt à marcher à l’aide du déambulateur.

Avec le soutien du Bureau of Population , Refugees and Migration (PRM) du ministère des affaires étrangères des Etats-Unis, Carl, Fartune et une équipe d’autres travailleurs communautaire-sanitaires œuvrent  dans la ville de Johannesburg en fournissant du conseil psychosocial, des ateliers de conscientisation, et des groupes de soutien aidant les malades et les malades en phase terminale qui sont réfugiés et demandeurs d’asile. Les réfugiés urbains et les migrants en Afrique du Sud doivent affronter une série d’obstacles à leur intégration, en particulier ceux qui luttent contre la maladie : le projet de santé communautaire du JRS œuvre à aider ces réfugiés et demandeurs d’asile à enrayer au moins les obstacles de la gestion médicale.

Carl, qui a émigré du Zimbabwe en Afrique du Sud, et Fartune qui est née en Somalie et est une infirmière diplômée, travaillent dans le quartier Mayfair et utilisent leurs compétences, langage, amour et compréhension culturelle en parcourant le quartier. Ils soignent des blessures, suivent des patients infirmes, aident les proches des malades à trouver les justes ressources et s’assurent que leurs patients aient accès à d’ultérieurs soins médicaux. Leur dévouement pour leurs patients et l’amour et l’accompagnement qu’ils fournissent ont déjà produit un impact significatif sur les vies qu’ils ont rencontrées.

« Je n’avais pas d’espoir » a dit Molline, se référant à l’époque d’avant les visites de Carl et Fartune, « mais maintenant j’ai de l’espoir.»