Ce site utilise les types de cookies suivants: navigation / session et analytique aussi de tiers. En cliquant sur "Plus d'informations", vous affichez les informations étendues sur les types des cookies utilisés et vous pouvez choisir de les autoriser ou non en naviguant sur le site.
PLUS D'INFORMATIONS
x

visualisez toutes les campagnes

Buenaventura, 14 septembre 2018 - Genifer Paola Serna a grandi à Quibdó, la capitale du département de Chocó dans l'ouest de la Colombie. En raison des conflits armés et de la violence généralisée, Genifer a été contrainte de quitter sa maison et de déménager à Buenaventura, la ville de la vallée du Cauca et la plus pauvre de la Colombie, avec 91% de la population vivant au seuil de pauvreté ou en dessous. 

Genifer était déterminée à ne pas être coincée dans la pauvreté et rendu invisible au reste du monde, comme tant de personnes déplacées en Colombie. "il y a eu des moments où la situation autour de moi était si violente que j'ai pensé quitter ce pays," dit-elle. Devant prendre soin de sa fille, lui a cependant donné la force et la résilience de continuer à rêver d'une vie meilleure en Colombie, et de trouver les moyens de réaliser ce rêve.

Il y a environ trois ans, Genifer s’est inscrite dans une école qui enseignait la cuisine traditionnelle colombienne. En quelques mois, Genifer et trois de ses camarades de classe étaient devenus des expertes dans la fabrication de cocadas, un bonbon à base de noix de coco trouvé dans toute l'Amérique latine et particulièrement populaire en Colombie. Les quatre femmes avaient besoin de revenus, et ont décidé de mettre en commun leur argent pour acheter les ingrédients pour faire des cocadas à vendre dans la rue. Le plan a fonctionné : les bonbons qu’elles fabriquaient, étaient si bons que tout fût vendu en une journée.   

Ce fut le début d'une entreprise en plein essor, et l'école leur a permis d'utiliser leur cuisine alors qu'elles étaient encore inscrites. Une fois qu'elles ont obtenu leur diplôme, cependant, Genifer et ses amis avaient besoin d'une alternative. Elles ont essayé un poêle à bois, mais la fumée affectait la saveur des cocadas, et les ventes ont chuté. Un client a proposé de participer à l’achat d’un bon poêle à crédit. « Nous avions tellement peur de la dette que nous n'avons obtenu qu'un poêle à un brûleur », se souvient-elle. « Nous produisions des cocadas à deux saveurs, noix de coco et fruits de la passion, et de les faire sur un poêle à un brûleur prenait trop de temps ».  

En 2017, Genifer et ses partenaires ont découvert JRS Colombie. Grâce à l'aide de JRS, elles ont acquis un poêle avec plusieurs brûleurs, et s'inscrivirent dans un cours de comptabilité de base qui les a aidées à mieux gérer leur entreprise. Les quatre jeunes entrepreneuses vendent maintenant une moyenne de 500 cocadas par jour. « Beaucoup de gens les commandent à l'avance, de sorte que nous n'avons plus à marcher dans les rues pour les vendre », a déclaré une Genifer, heureuse et fière.  

Le héros de cette histoire n'est pas JRS. La détermination, la compétence et l'ingéniosité reviennent entièrement à Genifer et ses amies : tout ce que nous avions à faire était de leur donner un coup de main.