Les Voix de la Foi font progresser le rôle des femmes dans l’Eglise catholique et les soutiennent dans leur infini potentiel de créer un changement significatif pour le bien commun, en contribuant pleinement à la vie de l’Eglise catholique et de la société en général.

Lire la suite



Tchad : Promouvoir l’éducation des filles par le théâtre
Iriba, 28 novembre 2016 - « Notre société pense que nos filles ne sont là que pour la reproduction, pour prendre soin des enfants à la maison et  s’occuper du ménage. Ce point de vue rétrograde les femmes, leur image et leur rôle dans la société » a dit Nafisa, bibliothécaire au Centre Jeunesse dans le camp de réfugiés d’ Amnabak.
Lire la suite >>>
Cité du Vatican: Fête internationale des femmes - Frapper à la porte de l'Eglise
Cité du Vatican, 9 mars - A la Casina Pia IV au cœur du Vatican, des remarquables femmes font compter leur voix en cette Journée internationale de la femme à l'événement Voix de la Foi, en collaboration avec la fondation Fiel Gotz et le Service Jésuite des Réfugiés. Le thème de l'évènement «La miséricorde demande du courage» résultant de l'année jubilaire de la miséricorde et de l'appel du pape François aux croyants de faire de l'année jubilaire une réalité concrète contrairement à une idée abstraite.
Lire la suite >>>
Malawi: des femmes réfugiées à la tête de la communauté
Dzaleka, 16 février 2016 - Moins d'un pour cent des réfugiés ont accès à l'éducation supérieure. Ce pourcentage diminue davantage chez les femmes réfugiées. Depuis 2010, la collaboration de Jesuit Refugee Service (JRS) et Jesuit Commons: higher Education at the Margins (JC: HEM), a permis de dispenser un enseignement supérieur aux occupants du camp de réfugiés à Dzaleka au Malawi. Le commencement de l'année 2016 s'ouvra avec un nouveau chapitre, sans précédent dans l'histoire de ces programmes d'enseignement: les inscriptions au cours de Santé Communautaire concernent pour moitié, et pour la première fois, de jeunes femmes. 
Lire la suite >>>
Yémen: «des femmes et des fillettes ont commencé à disparaitre»
Addis-Abeba, 15 septembre 2015 – A 28 ans, Safia vivait la vie que tout jeune professionnel aurait souhaité avoir. Après avoir terminé ses études de dentiste au Yémen, elle avait ouvert son propre cabinet, acheté une voiture et elle passait ses week-ends comme volontaire au service des communautés défavorisées, parmi lesquelles des communautés de réfugiés et de migrants venus d'Ethiopie et de Somalie.
Lire la suite >>>