Ce site utilise les types de cookies suivants: navigation / session et analytique aussi de tiers. En cliquant sur "Plus d'informations", vous affichez les informations étendues sur les types des cookies utilisés et vous pouvez choisir de les autoriser ou non en naviguant sur le site.
PLUS D'INFORMATIONS
x

Nos projets aux Amérique Latine et Caraïbes


 Amérique Latine et Caraïbes
Le JRS se concentre sur deux domaines dans cette région: la guerre civile colombienne et la détresse du peuple haïtien. Pour servir les déplacés et les réfugiés colombiens dans trois pays voisins, le JRS est présent non pas dans des camps, mais surtout dans les zones frontalières et les banlieues des villes, où vivent en exclusion les personnes déplacées par la violence dans les régions rurales. L'œuvre du JRS parmi les Haïtiens se développe à la frontière entre Haïti et la République Dominicaine, à Santo Domingo, et, depuis 2010, dans les camps de rescapés au tremblement de terre, à Port-au-Prince.

Le JRS est présent en Amérique Latine depuis le début des années 1980, longtemps avant de toucher les personnes déplacées par ces deux crises humanitaires. L'engagement du JRS dans ces régions s'est développé en 1982 parmi les réfugiés du Salvador en Honduras et, en 1984, au Salvador même. Le JRS est resté dans ce pays pendant près de 10 ans avant de confier l'œuvre au Service de Développement Jésuite local. Une autre intervention importante a eu lieu parmi les réfugiés guatémaltèques au Mexique, de 1991 à 1997.

Au début des années 1990, l'attention s'est déplacée vers des préoccupations plus actuelles. Présent en Colombie depuis 1994, le JRS sert dans des endroits très affectés par la violence: Soacha, une banlieue de Bogota; Magdalena Medio; Valle del Cauca, et, depuis 2010, North Santander. En plus du conflit civil, un défi croissant en Colombie est constitué par l'augmentation des déplacements dus au développement de méga-projets et d'entreprises minières, qui déracinent les populations de leurs terres ancestrales. En Colombie, l'attention du JRS se concentre sur la construction de communautés où les gens peuvent vivre en paix et dans la dignité. Ces activités incluent des activités productrices de revenu, du conseil psychosocial, de la formation aux droits de l'homme, et de la conscientisation.

Dans les pays voisins, Venezuela, Equateur et Panama, le JRS soutient les réfugiés colombiens, en leur offrant une gamme de services, notamment un soutien juridique et psychosocial, des programmes éducatifs et producteurs de revenu, ainsi que de l'aide pour couvrir les besoins essentiels, en cas de nécessité. Particulièrement ciblée est l'intégration locale: travailler avec les communautés locales pour bien accueillir les réfugiés.

La mission auprès du peuple haïtien date du début des années 1990, et s'occupe de différentes questions liées au déplacement, toutes urgentes. La défense des migrants haïtiens qui mènent une existence précaire et privée de droits en République Dominicaine, a longtemps été le point focal de l'intervention du JRS. Avant le tremblement de terre de Haïti en janvier 2010, le nombre de Haïtiens vivant en République Dominicaine était estimé à 500.000 – 800.000 personnes. Le JRS intervient à travers un projet national intitulé Solidaridad Fronteriza (Solidarité frontalière) et fait aussi partie du réseau de lobbying pour le droit à la nationalité des Haïtiens nés en République Dominicaine.

Le tremblement de terre qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010 a mené à une nouvelle dimension de l'œuvre du JRS. Le JRS a, au début, fourni de l'aide d'urgence et, en mars 2010, a ouvert un bureau à Port-au-Prince et a concentré son intervention sur l'accompagnement pastoral et psychosocial dans sept camps de rescapés, localisés dans trois secteurs de Port-au-Prince.

Amérique Latine et Caraïbes

tecnico.comunicacion@sjrlac.org
+57 1 3681466
http://sjrlac.org

Le Service Jésuite des Réfugiés est présent dans les lieux de troubles et de conflits en Colombie, Equateur, Haïti, Panama, République Dominicaine, Venezuela. Avec sensibilité, les volontaires du JRS accompagnent les déplacés, les réfugiés et les communautés d'accueil locales, en soutenant leur recherche d'une vie digne et juste qui puisse répondre aux besoins les plus ressentis, comme la régularisation de leur statut et leur identification, l'éducation, la santé, le travail. Ce processus d'accompagnement et de service fournit les éléments voulus pour dialoguer, coordonner et demander aux instances des Etats de mettre en oeuvre des politiques publiques qui garantissent pleinement le respect des droits humains.

Venezuela : Notre mission

Caracas, 23 juillet 2018 – Le Service Jésuite des Réfugiés (JRS) Venezuela répond à la crise humanitaire actuelle, qui est le résultat de politiques économiques incorrectes, de la violence sociale et de la rupture d’institutions de l’Etat. Tous ces facteurs ont poussé des milliers de Vénézuéliens à quitter le pays.
>>>

Venezuela : Notre mission

Caracas, 23 juillet 2018 – Le Service Jésuite des Réfugiés (JRS) Venezuela répond à la crise humanitaire actuelle, qui est le résultat de politiques économiques incorrectes, de la violence sociale et de la rupture d’institutions de l’Etat. Tous ces facteurs ont poussé des milliers de Vénézuéliens à quitter le pays.
>>>

Venezuela : Notre mission

Caracas, 23 juillet 2018 – Le Service Jésuite des Réfugiés (JRS) Venezuela répond à la crise humanitaire actuelle, qui est le résultat de politiques économiques incorrectes, de la violence sociale et de la rupture d’institutions de l’Etat. Tous ces facteurs ont poussé des milliers de Vénézuéliens à quitter le pays.
>>>

Venezuela : Notre mission

Caracas, 23 juillet 2018 – Le Service Jésuite des Réfugiés (JRS) Venezuela répond à la crise humanitaire actuelle, qui est le résultat de politiques économiques incorrectes, de la violence sociale et de la rupture d’institutions de l’Etat. Tous ces facteurs ont poussé des milliers de Vénézuéliens à quitter le pays.
>>>

Colombie : Le défi de la crise humanitaire vénézuélienne

Bogota, 10 juillet 2018 – Un nombre estimé à 50.000 personnes traversent quotidiennement la frontière entre le Venezuela et la Colombie. Depuis décembre 2017, selon les données de l’autorité centrale d’immigration de Colombie (Migracion Colombia) plus d’un demi-million de Vénézuéliens ont traversé la frontière de la Colombie.
>>>





Australie
Cambodge
Indonésie

Singapour
Thaïlande
Ethiopie
Kenya
Sud Soudan
Ouganda
Belgique

France
Allemagne


Irlande
Italie
Macédoine
Malte
Portugal
Roumanie
Slovénie
Suède
Royaume-Uni
Colombie
Equateur
Venezuela

Jordanie
Liban
Syrie
Turquie
Afghanistan
Inde
Sri Lanka
Angola
Malawi
Afrique du Sud
Zimbabwe
Canada
États-Unis d'Amérique
Cameroun
République centrafricaine
Tchad