Ce site utilise les types de cookies suivants: navigation / session et analytique aussi de tiers. En cliquant sur "Plus d'informations", vous affichez les informations étendues sur les types des cookies utilisés et vous pouvez choisir de les autoriser ou non en naviguant sur le site.
PLUS D'INFORMATIONS
x

Nos projets aux Iraq: soutien à l'éducation, aux activités de gagne-pain et psychosociales


 Iraq: soutien à l'éducation, aux activités de gagne-pain et psychosociales
A la fin de l'année 2014, l'Etat islamique s'est emparé de Mosul et d'autres zones stratégiques iraquiennes productrices de pétrole, en quelques jours, révélant la fragilité d'un pays rongé par des années de conflits, par du sectarisme, des institutions chétives et des niveaux élevés de corruption omniprésente. Le conflit a eu un impact profond, surtout dans les régions ayant auparavant des populations différentes: - sunnites, chiites, chrétiens, yésidis, etc. Des histoires d'atrocités et de brutalité effectuées par l'EI ont terrorisé les familles qui ont désespérément cherché à se protéger.

Depuis janvier 2014, 1,8 million de personnes se sont déplacées à travers l'Iraq: plus de 850.000  personnes, c'est-à-dire 49 pour cent des déplacés, ont cherché refuge dans la région Kurdistan de l'Iraq.  Etant donnée la nature fluide du conflit, il est difficile de prédire quand ces déplacements massifs finiront et combien de temps cette population restera déplacée.

Les déplacés qui vivent dans des camps, des habitations improvisées et des abris insalubres sont les plus à risque. Des abris inadéquats mettent en danger la santé et la sécurité des personnes. Les augmentations des prix de biens nécessaires, comme le combustible, nuisent aux déplacés qui doivent déjà affronter l'exploitation et un accroissement de leurs dettes, à cause des difficultés à trouver un emploi.

Depuis janvier 2014, des personnes déplacées ont été accueillies dans plus de 1200 lieux;  mais les communautés d'accueil ont des ressources limitées. Le défi que doivent affronter les organisations humanitaires est de renforcer la coordination et la coopération avec le gouvernement local et les leaders communautaires pour identifier des solutions à plus long terme en matière d'abris, de protection et d'éducation.

Répondant à ces besoins, le Service Jésuite des Réfugiés (JRS) a commencé ses activités en octobre 2014 à Ankawa, un quartier d'Erbit, dans le Nord de l'Iraq, et à Ozal, une ville juste à l'Est d'Erbit. Le JRS fournit du soutien aux familles indépendamment de leur appartenance religieuse, politique ou ethnique.

Education.
Le Service Jésuite des Réfugiés (JRS) a organisé un programme de soutien éducatif pour aider les enfants déplacés en vue de leur insertion dans des écoles publiques. Ce programme cherche à leur faire retrouver un sentiment de normalité et à maintenir de la continuité dans leurs études jusqu'à ce qu'ils puissent être enrôlés dans des institutions éducatives officielles. En suivant ces lignes, le JRS gère des activités extrascolaires dans des espaces agréablement adaptés aux enfants.

Activités de gagne-pain. Un des plus grands problèmes que doivent affronter les déplacés est le manque de travail décent ou d'activités productrices de revenus, dont ils ont désespérément besoin pour couvrir leurs véritables besoins de base en logement, nourriture, soins médicaux, etc. en gagnant leur propre pain. Le JRS fournit des cours de langues, d'informatique, et de coiffure aux hommes et aux femmes. De plus, des cours d'artisanat et de pâtisserie, ainsi que des cours pour esthéticiennes, sont offerts aux femmes.

Visites à domicile et soutien psychosocial. Etant donné que le bien-être psychosocial dépend d'une combinaison de facteurs émotionnels et sociaux, cet objectif comprend à la fois un soutien individuel/familial à travers un suivi psychologique, et un  soutien communautaire à travers des activités sociales. Les équipes JRS, dont les membres sont d'origines religieuses et ethniques différentes, rendent visite aux familles chez elles, leur fournissent un soutien émotionnel, et identifiant leurs besoins; l'équipe rend visite chaque mois à 500 familles dans les deux villes. Le JRS envoie ceux qui en ont besoin chez des psychologues et des assistants sociaux. En outre, le JRS organise des réunions sociales pour reconstruire les réseaux de soutien communautaire.  

Les projets du JRS en Iraq sont financés par les bureaux de la Mission Jésuite en Autriche, Belgique, Royaume-Uni, Allemagne et Suisse, ainsi que par Misereor et Manos Unidas.


Moyen Orient et Afrique du Nord
Cedric Prakash SJ

middleeast.communications@jrs.net
+961-1-332-601
http://www.jrsmena.org

Le JRS Moyen Orient et Afrique du Nord est la dernière région où opère le Service Jésuite des Réfugiés, organisation catholique internationale parrainée par la Compagnie de Jésus. Au Moyen Orient, le JRS offre de l'assistance humaine et pastorale aux réfugiés à travers une large gamme de services: aide d'urgence, assistance juridique, visites aux familles, services éducatifs, petits subsides, activités récréatives et conseil psychosocial. Le bureau régional sert plus de 2000 réfugiés iraquiens en Jordanie et Syrie.

Moyen-Orient : Déclaration sur la situation de la Syrie

7 mars 2018 – La situation en Syrie, en particulier à Damas et autour de Damas, est encore critique.
>>>

Iraq : Se concentrer sur les réfugiés oubliés

Dohuk, 10 july 2017 - Une mise à jour des projets du JRS à Dohuk, Iraq, par le directeur international du JRS, père Thomas H Smolich SJ, qui a
récemment rendu visite dans le pays.
>>>

Syrie : Malgré la chaleur et la violence qui continue, l’œuvre va de l’avant

Alep, 6 juillet 2017 – La Syrie continue à s'échauffer: littéralement et au figuré. Avec des températures de jour qui, cette semaine, sont montées jusqu'entre 40 et 45 degrés C dans la plus grande partie du pays, il y a eu quelques journées dures pour beaucoup de personnes. En plus de la chaleur, la pénurie d'électricité et d'eau s'ajoute aux souffrances, bien qu'il y ait eu des efforts officiels pour améliorer la situation sur ce front.
>>>

Syrie: Et si je devais fuir?

Rome, 12 juin 2017 -  Quand la crise a commencé en 2012, j’ai décidé que je devais faire quelque chose. Je voulais aider d’autres personnes et j’ai décidé que je ne pouvais pas être là et ne rien faire quand les
gens fuyaient les bombardements.
>>>

Iraq : accompagner les Yézidis

Erbil, 11 mai 2017 – Le 19 avril était le Nouvel An pour les Yézidis. Cela a été un plaisir de rencontrer quelques-uns d’entre eux à Sarsink dans le district Dohu en Iraq ce jour-là, et de les saluer en disant « Jajna ta Piroz.» Chaque famille avait apporté un plateau chargé de plusieurs bols de biscuits, d’œufs durs avec leurs coquilles joliment peintes, des bonbons, des fruits, et un paquet de cigarette aussi.
>>>





Australie
Cambodge
Indonésie

Singapour
Thaïlande
Ethiopie
Kenya
Sud Soudan
Ouganda
Belgique

France
Allemagne


Irlande
Italie
Macédoine
Malte
Portugal
Roumanie
Slovénie
Suède
Royaume-Uni
Colombie
Equateur
Venezuela

Jordanie
Liban
Syrie
Turquie
Afghanistan
Inde
Népal
Sri Lanka
Angola
Malawi
Afrique du Sud
Zimbabwe
Canada
États-Unis d'Amérique
Cameroun
République centrafricaine
Tchad