Nos projets aux Asie du Sud


 Asie du Sud
Dans cette région, le JRS accompagne, sert et défend des milliers de personnes déplacées par le conflit du Sri-Lanka, sur l'île même et au Tamilnadu voisin. Un autre programme déjà ancien a garanti une éducation de qualité à des milliers de Bhoutanais dans des camps au Népal; ces réfugiés sont maintenant réinstallés dans des pays tiers. Très récemment, le JRS s'est rendu en Afghanistan, pour soutenir les retournés par l'éducation, de l'aide médicale et des activités génératrices de revenu.

Les personnes déplacées par la guerre civile au Sri-Lanka ont été une cause de grande préoccupation pour le JRS et son fondateur, Pedro Arrupe SJ, depuis les années 1980. Mark Raper SJ, alors directeur de l'Asie Pacifique rappelle une visite rendue au père Arrupe, qui était presque paralysé suite à une attaque d'apoplexie en 1981.

«Il était clair que le père Arrupe (…) voulait me poser une question mais ne pouvait pas trouver les mots, et le frère Bandera, l'infirmier, lui a apporté du papier et un crayon. De sa main tremblante, il a dessiné une carte de l'Inde, et, à côté, une goutte de la forme d'une île. En pointant le Sri-lanka, il m'a clairement demandé des nouvelles du conflit, et de ce que nous faisions pour aider ce peuple.»

Le père Arrupe serait heureux de savoir que le JRS a fidèlement accompagné, servi et défendu des milliers de personnes déplacées par le conflit sri-lankais. Au cours de ces années 1980, une petite équipe jésuite a maintenu une forte présence pastorale à Mandapam, le camp de transit pour réfugiés sri-lankais qui arrivaient dans l'état méridional indien de Tamilnadu, accessible du Sri-Lanka par la mer.

En 1995, le JRS a grandi en Asie du Sud; un bureau régional a ouvert et deux jésuites se sont rendus dans le Nord du Sri-Lanka sous la bannière du JRS, au milieu d'une guerre et de déplacements écrasants. L'année suivante, le JRS a commencé à fournir des services éducatifs et de développement communautaire dans des myriades de petits camps pour réfugiés sri-lankais au Tamilnadu. Plus ou moins à la même période, le JRS a été impliqué dans le Programme Educatif des Réfugiés Bhoutanais, qui organisait la scolarité de dizaines de milliers d'étudiants bhoutanais dans les camps de réfugiés du Népal oriental.

Le JRS est encore impliqué dans ces trois endroits, Sri-Lanka, Tamilnadu et Népal, adaptant ses services aux changements de situations. La guerre est finie au Sri-Lanka. Après avoir, pendant des années, accompagné les personnes dans les zones de guerre du Nord-Est, le JRS les soutient maintenant tandis qu'elles rentrent chez elles et reconstruisent leurs vies. Dans sept districts, le JRS sert des déplacés et des retournés en organisant de l'aide d'urgence, des services sociaux, le développement communautaire, l'éducation et des activités génératrices de revenu. L'accompagnement individuel est partie intégrante de la présence du JRS. Au Tamilnadu, en continuant à offrir ses services dans les camps, le JRS encourage un sain débat parmi les réfugiés sri-lankais sur de durables solutions pour eux.

Au Népal, le nombre d'étudiants et d'enseignants du programme éducatif a diminué grâce à la réinstallation en cours de réfugiés bhoutanais; en août 2011, le nombre total de réfugiés réinstallés depuis le début du processus au début 2008 s'élève à plus de 50.000 personnes. Le JRS continue son oeuvre qui inclut des cours d'anglais parlé pour réfugiés devant être réinstallés.

En 2005, le JRS s'est aventuré en territoire neuf, en allant en Afghanistan. Une équipe de jésuites d'Asie du Sud accompagne des retournés et réalise des initiatives éducatives. Dans la township de Sohadat, près de la ville d'Herat, le JRS gère une école, un centre médical et un programme générateur de revenu. Des membres du JRS donnent des cours-conférences à l'université d'Herat et Bamiyan, et la formation des enseignants est faite dans ces villes, outre à Kaboul, Chagcharan et Daikundi. Les stagiaires ont collaboré bénévolement au programme JRS d'accès à l'anglais qui touchent des enfants défavorisés.

Asie du Sud
Stan Fernandes SJ

southasia.director@jrs.net
+91 11 4310 4661; +91 11 4953 4106
http://jrssa.org

Le JRS Asie du Sud est une des dix régions géographiques du Service Jésuite des Réfugiés, une organisation internationale catholique parrainée par la Compagnie de Jésus. Le bureau régional d'Asie Méridionale sert des réfugiés bhoutanais au Népal, des réfugiés sri-lankais dans l'Etat indien de Tamilnadu, et des personnes déplacées dans leur pays au Sri Lanka. Ces services comprennent notamment des services éducatifs, de formation professionnelle, des programmes économiques, ainsi que des services de soins médicaux, de soutien psychologique, de développement communautaire et d'aide d'urgence, et des centres pour handicapés.

Inde : des formations en compétences de vie aident les réfugiés à soutenir leurs familles

Okkur, 29 mai 2017 – Rishna n’avait que six mois quand ses parents, avec elle et ses deux frères plus âgés, ont fui Jaffna, au Sri Lanka, détruite par la guerre, et ont atteint les côtes de Dhanushkodi au Tamil Nadu, en 1990. 
>>>

Sri Lanka: Un hommage à ces années de service

Colombo, 15 mai 2017 - « Bien que presque paralysé, il était clair que Père Arrupe voulait me poser une question, mais ne pouvait pas trouver les mots, alors Frère Bandera, l’infirmier, lui apporta du papier et un crayon. Avec sa main gauche, Père Arrupe dessina en tremblant une carte de l’Inde, puis une forme de gouttelette pour l’île à côté. En pointant l’île, il me demandait clairement, « que fait JRS pour aider le peuple du Sri Lanka ? » 
>>>

Népal: Le père Varkey Perekkatt SJ donne leur voix aux réfugiés Bhoutanais

Rome, 5 décembre 2016 - Le père Varkey Perekkatt SJ, ancien directeur de terrain du JRS au Népal, croit que l'éducation est ce qui a permis à plus de cent mille réfugiés bhoutanais d'être réinstallés et de trouver un meilleur avenir.
>>>

Sri Lanka: signer le traité anti-mines terrestres, une bonne étape vers des solutions durables

Rome, le 9 mars 2016 - Sept ans après la fin d'un conflit long de vingt-six années, la date du 3 mars 2016 voit le Sri Lanka ratifier le traité bannissant l'usage de mines anti-personnel, connu sous le nom de Convention d'Ottawa. Le Jesuit Refugee Service (JRS) accueille cette décision comme un premier pas concret vers des solutions durables pour ceux ayant souffert de la guerre et des violences. Les mines et explosifs datant du conflit ont sévèrement affecté les provinces du Nord et de l'Est du Sri Lanka, et un certain nombre d'équipes de déminage y sont déjà actives.
>>>

Nepal: La réponse des Jésuites au tremblement de terre

Rome, Washington DC, le 30 avril 2015 – Samedi dernier, un tremblement de terre de magnitude 7,8 sur l'échelle de Richter a fait plus de 5.000 morts, 10.000 blessés et des centaines de milliers de sans-abris, sans compter le nombre de victimes inconnues à ce jour dans les villages éloignés. D'après le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires, le nombre de victimes devrait encore s'élever au fur à mesure où les travailleurs humanitaires et les équipes de secours accèdent aux zones les plus proches de l'épicentre du séisme.
>>>





Australie
Cambodge
Indonésie

Singapour
Thaïlande
Ethiopie
Kenya
Sud Soudan
Soudan
Ouganda
Belgique

France
Allemagne


Irlande
Italie
Macédoine
Malte
Portugal
Roumanie
Slovénie
Suède
Royaume-Uni
Colombie
Equateur
Venezuela

Jordanie
Liban
Syrie
Turquie
Afghanistan
Inde
Népal
Sri Lanka
Angola
Malawi
Afrique du Sud
Zimbabwe
Canada
États-Unis d'Amérique
Cameroun
République centrafricaine
Tchad