Nos projets aux Afghanistan


 Afghanistan
Cela fait des décades que l'Afghanistan est confronté à des conflits armés et à l'instabilité politique. Une situation qui a forcé des millions d'Afghans à fuir vers les pays voisins, principalement le Pakistan et l'Iran. En dépit de l'insécurité ambiante, près de six millions de réfugiés sont retournés dans le pays au cours des dix dernières années.  Un grand nombre d'entre eux s'est entassé dans la ville de Kaboul. Ils vivent sous des tentes ou dans les bâtiments publics dans le plus grand dénuement, avec un accès des plus réduit à l'aide gouvernementale et à l'éducation.  Le JRS concentre ses activités dans les zones où les autres ONG n'interviennent pas.

Le Service Jésuite des Réfugiés a commencé à travailler à Hérat en 2005, dans le domaine de l'éducation pour les rapatriés proches de la frontière iranienne. Le JRS a reconstruit l'Institut Technique d'Hérat et formé les enseignants qui dispensent les cours en électronique et architecture. Le personnel du JRS enseigne également l'Anglais et la physique aux étudiants qui étudient les sciences de l'éducation.

Dans  les faubourgs d'Hérat, le JRS propose aux femmes déplacées des cours d'Anglais dans le cadre du programme «Each One, Teach Some». Les jeunes femmes qui étudient l'Anglais doivent par la suite l'enseigner aux enfants de leurs villages. Le JRS a également proposé une formation pédagogique intensive pour les étudiants en sciences de l'éducation, afin qu'ils puissent enseigner les enfants de leurs villages pendant les mois d'hiver lorsque les écoles sont fermées.

Pour atteindre les régions reculées de l'Afghanistan, le JRS a mis sur pied un projet destiné à développer les compétences grâce à des instituts d'apprentissage et promouvoir la fourniture d'une éducation de qualité. Les équipes fournissent l'assistance – financière et autre – nécessaire à la construction des écoles, la nourriture, les fournitures, et proposent aux enseignants des ateliers sur site et des cours dans des instituts d'éducation supérieure.

En dépit du manque de structures,le JRS entrevoit une opportunité de fournir une éducation de qualité, des formations professionnelles, et des secours d'urgences aux personnes rapatriées, déplacées à l'intérieur des frontières du pays et aux groupes ethniques minoritaires vivant à Kaboul, Hérat, Bamiyan et Dai Kundi et autres villages avoisinants.

Depuis 2009, le JRS organise des projets qui fournissent financement et formation pédagogique à 150 universitaires et enseignants de l'Université de Bamiyan. Sachant d'autre part que 350 autres enfants, pour la plupart des filles, vivant dans des camps et dans des orphelinats à l'extérieur de Kaboul, bénéficient de cours de langue anglaise.

Le JRS travaille à Bamiyan depuis 2007 et plus récemment à Dai Kundi. Ces deux provinces reculées des hauts-plateaux de l'Afghanistan sont extrêmement pauvres en matière d'infrastructure et leur taux d'alphabétisation est dramatiquement bas. Quelque 350 femmes participent à des cours préparatoires à l'entrée à l'Université, en Anglais et en informatique, ainsi que des cours de base en  comptabilité et en gestion de bureau.


Asie du Sud
Stan Fernandes SJ

southasia.director@jrs.net
+91 11 4310 4661; +91 11 4953 4106
http://jrssa.org

Le JRS Asie du Sud est une des dix régions géographiques du Service Jésuite des Réfugiés, une organisation internationale catholique parrainée par la Compagnie de Jésus. Le bureau régional d'Asie Méridionale sert des réfugiés bhoutanais au Népal, des réfugiés sri-lankais dans l'Etat indien de Tamilnadu, et des personnes déplacées dans leur pays au Sri Lanka. Ces services comprennent notamment des services éducatifs, de formation professionnelle, des programmes économiques, ainsi que des services de soins médicaux, de soutien psychologique, de développement communautaire et d'aide d'urgence, et des centres pour handicapés.

Inde : des formations en compétences de vie aident les réfugiés à soutenir leurs familles

Okkur, 29 mai 2017 – Rishna n’avait que six mois quand ses parents, avec elle et ses deux frères plus âgés, ont fui Jaffna, au Sri Lanka, détruite par la guerre, et ont atteint les côtes de Dhanushkodi au Tamil Nadu, en 1990. 
>>>

Sri Lanka: Un hommage à ces années de service

Colombo, 15 mai 2017 - « Bien que presque paralysé, il était clair que Père Arrupe voulait me poser une question, mais ne pouvait pas trouver les mots, alors Frère Bandera, l’infirmier, lui apporta du papier et un crayon. Avec sa main gauche, Père Arrupe dessina en tremblant une carte de l’Inde, puis une forme de gouttelette pour l’île à côté. En pointant l’île, il me demandait clairement, « que fait JRS pour aider le peuple du Sri Lanka ? » 
>>>

Népal: Le père Varkey Perekkatt SJ donne leur voix aux réfugiés Bhoutanais

Rome, 5 décembre 2016 - Le père Varkey Perekkatt SJ, ancien directeur de terrain du JRS au Népal, croit que l'éducation est ce qui a permis à plus de cent mille réfugiés bhoutanais d'être réinstallés et de trouver un meilleur avenir.
>>>

Sri Lanka: signer le traité anti-mines terrestres, une bonne étape vers des solutions durables

Rome, le 9 mars 2016 - Sept ans après la fin d'un conflit long de vingt-six années, la date du 3 mars 2016 voit le Sri Lanka ratifier le traité bannissant l'usage de mines anti-personnel, connu sous le nom de Convention d'Ottawa. Le Jesuit Refugee Service (JRS) accueille cette décision comme un premier pas concret vers des solutions durables pour ceux ayant souffert de la guerre et des violences. Les mines et explosifs datant du conflit ont sévèrement affecté les provinces du Nord et de l'Est du Sri Lanka, et un certain nombre d'équipes de déminage y sont déjà actives.
>>>

Nepal: La réponse des Jésuites au tremblement de terre

Rome, Washington DC, le 30 avril 2015 – Samedi dernier, un tremblement de terre de magnitude 7,8 sur l'échelle de Richter a fait plus de 5.000 morts, 10.000 blessés et des centaines de milliers de sans-abris, sans compter le nombre de victimes inconnues à ce jour dans les villages éloignés. D'après le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires, le nombre de victimes devrait encore s'élever au fur à mesure où les travailleurs humanitaires et les équipes de secours accèdent aux zones les plus proches de l'épicentre du séisme.
>>>





Australie
Cambodge
Indonésie

Singapour
Thaïlande
Ethiopie
Kenya
Sud Soudan
Ouganda
Belgique

France
Allemagne


Irlande
Italie
Macédoine
Malte
Portugal
Roumanie
Slovénie
Suède
Royaume-Uni
Colombie
Equateur
Venezuela

Jordanie
Liban
Syrie
Turquie
Afghanistan
Inde
Népal
Sri Lanka
Angola
Malawi
Afrique du Sud
Zimbabwe
Canada
États-Unis d'Amérique
Cameroun
République centrafricaine
Tchad