Education
Accès à une éducation de qualité pour tous les enfants, en particulier les filles

Le JRS considère que l'accès à l'éducation est tout autant un droit de l'homme qu'un moyen pour construire la paix et le développement. L'éducation joue un rôle essentiel dans la vie quotidienne de beaucoup de personnes déplacées. Le JRS voit l'éducation comme un des quatre piliers fondamentaux de l'aide humanitaire, avec la nourriture, les soins de santé et l'abri. Comme la santé, l'éducation a une dimension préventive et le potentiel de générer des bénéfices futurs.

Le JRS place dans ses toutes premières priorités la préparation d'un meilleur avenir pour les réfugiés par le biais d'importants investissements en éducation et formation. Chaque année, à travers le monde, le JRS donne accès à l'éducation primaire, secondaire, technique et vocationnelle à près de 280.000 enfants, jeunes et adultes. En outre, nous préconisons un accès des enfants déplacés à une éducation de qualité.

  • L'orientation politique
  • En pratique
Document d'orientation politique du JRS

Le JRS considère que l'accès à l'éducation est un droit humain et un moyen de construire la paix et le développement. L'éducation joue un rôle proéminent parmi les services offerts par le JRS aux réfugiés et aux personnes déplacées ; l'organisation fournit, distribués dans le monde entier, des services d'école maternelle, d'enseignement primaire, secondaire et supérieur à environ 285.000 jeunes. Le JRS contribue à la construction et à la rénovation de bâtiments scolaires, forme les enseignants et distribue du matériel éducatif. En se basant sur son expérience en matière de besoins des réfugiés, le JRS défend aussi les besoins des enfants déplacés pour  s'assurer qu'ils aient une éducation adéquate.

L'éducation est importante pour le développement de l'individu mais aussi pour la société, et l'accès à l'éducation est un droit humain fondamental. Pour les réfugiés et les personnes déplacées, l'éducation joue un rôle crucial pour soutenir et sauver leurs vies au cours de la crise. L'éducation est un des quatre piliers fondamentaux de l'aide humanitaire, les autres étant la nourriture, les soins médicaux et l'hébergement, et a une dimension préventive, un dividende futur, qui  réussit à  soutenir le développement du raisonnement, de la prise de décisions, de l'estime de soi et de la prise de conscience de soi.

Toutefois, dans de nombreux pays du monde, les enfants migrants et réfugiés restent exclus de l'accès à la scolarité par des politiques publiques. C'est même vrai dans certains pays européens en ce qui concerne les enfants de demandeurs d'asile et de migrants sans permis de séjour. Dans la plupart de ces pays, il y a un écart entre ce que dit la loi d'un côté, et ce qui se passe réellement de l'autre. Dans d'autres pays, les enfants et les adolescents déplacés de force peuvent avoir accès à quelque forme d'éducation, par exemple dans les camps de réfugiés, mais, trop souvent, les écoles sont mal équipées et les enseignants mal payés et insuffisamment formés.

Recommandations

Aux gouvernements et aux pays d’accueil
  • Assurez l'accès à l'enseignement de base (école primaire ainsi que les premières années de ce qu'on appelle généralement enseignement secondaire) pour tous les enfants et adolescents indépendamment de leur origine et statut;
  • Examinez la possibilité de donner l'accès à l'enseignement supérieur (université comprise) aux mêmes conditions que pour les nationaux du pays hôte, en particulier aux réfugiés avec statut et aux autres personnes déplacées à long terme;
  • Ne cédez pas aux traditions ou aux pratiques qui empêchent les filles ou les enfants handicapés d'avoir accès à l'éducation primaire ou secondaire;
  • Accordez une attention spéciale à la formation et au salaire adéquats des enseignants ainsi qu'à la mise en fonction d'un nombre suffisant d'écoles.                                   
Aux parties d’un conflit armé
  • Cessez de cibler des populations désarmées et assurez que les écoles et autres structures éducatives restent des lieux sûrs, y  compris en prenant des mesures concrètes pour prévenir le recrutement d'enfants soldats dans les écoles.

Aux donateurs et autres acteurs dans le cadre de la coopération internationale :
  • Accordez une attention particulière aux besoins éducatifs des enfants et adolescents déplacés de force quand vous élaborez et développez des programmes et des projets d'assistance.
  • Assurez-vous que les sociétés d’accueil bénéficient des structures éducatives de façon à éviter le développement de sentiments négatifs à l'égard de la population déplacée.
En pratique

Entre les obstacles à une éducation de qualité se trouvent les mauvaises politiques gouvernementales qui nient l'accès aux bonnes écoles, l'absence de papiers, et des situations comme celle que le JRS a observée au Tchad, où le gouvernement refuse de reconnaître les qualifications des enseignants réfugiés, ceux-ci ne recevant leurs salaires que très irrégulièrement.

Au Sud-Soudan, les efforts de plaidoyer du JRS se dirigent en particulier à obtenir que les filles aient accès à l'éducation primaire et secondaire comme droit de base. Dans de nombreuses communautés du Sud-Soudan, où le mariage des filles à un très jeune âge est une coutume généralement acceptée, le JRS a encouragé avec succès les familles à inscrire leurs filles à l'école et à les y lais-ser pendant leurs études de primaire et secondaire.

Le JRS Malawi fournit une éducation de qualité aux élèves de primaire et secondaire dans le camp de réfugiés de Dzaleka. Avec un taux de réussite scolaire en 2010 supérieur à celui des écoles gouvernementales des environs, le JRS Malawi a agrandi les installations de secondaire, dans l'espoir d'y accueillir plus d'étudiants en 2011. Le JRS Malawi encourage également l'intégration communautaire en ouvrant leur école aussi bien aux enfants malawiens des communautés locales qu'aux réfugiés.

A Addis-Ababa, le JRS gère un centre communautaire pour réfugiés, où les enfants peuvent s'exprimer librement à travers les jeux, les chants, la danse et l'éducation de base. Les enfants plus âgés et les adultes peuvent également accéder à des formations supplémentaires à travers des cours d'informatique et d'une connexion Internet gratuite qui les relie au monde extérieur.

En juillet 2010, huit réfugiés du Soudan du sud ont eu leur diplôme par l'université d'Addis-Ababa avec mention très bien. Ils ont exprimé leur reconnaissance au JRS: «La guerre a détruit nos foyers, mais avec l'éducation que nous avons reçue nous sentons le défi de retourner chez nous pour reconstruire notre pays».

Le JRS Indonésie promeut l'Education aux Valeurs parmi les enseignants, les directeurs d'école et le département d'éducation, au sein des communautés déplacées par les conflits en Aceh du Sud. Il s'agit d'améliorer la qualité de l'éducation des enfants à risque en utilisant une méthodologie pratique et des activités basées sur des valeurs expérientielles.

On demande aux enseignants de réfléchir à leurs valeurs, d'utiliser leur créativité pour introduire des valeurs dans leur syllabus d'une manière pratique, et de créer un environnement axé sur les valeurs. Ceci intègre des activités en relation avec la paix, le respect, l'amour, la coopération, le bonheur, l'honnêteté, l'humilité, la responsabilité, la simplicité, la tolérance, la liberté et l'unité.