Protection
Défendre le droit des réfugiés à ne pas retourner là où ils seront persécutés ou pire

Le JRS défend le droit fondamental des réfugiés, des personnes déracinées ou des apatrides à ne pas être rapatriés contre leur volonté à un pays où ils seront persécutés. Au plus long terme, l'organisation aide les réfugiés à trouver un asile approprié et durable, ce qui pourrait signifier un rapatriement volontaire, l'intégration dans un pays d'asile ou la réinstallation dans des pays tiers.

Le JRS défend les intérêts des réfugiés et migrants forcés dont la précarité du statut légal n'offre qu'une protection conditionnelle et temporaire, et qui sont en danger d'être déportés. Nous demandons aux gouvernements de protéger tous ceux qui risquent d'être obligés à retourner, tant que leur statut n'aura pas été déterminé de manière juste. Nous nous opposons au refoulement de ceux qui ont un statut de réfugié et à celui d'autres personnes qui ont clairement besoin d'une protection internationale.

Si ce refoulement se produit, nous le dénonçons, comme par exemple le cas des Ouïghours qui se trouvaient au Cambodge et qui ont été forcés de retourner en Chine en décembre 2009. Nous préconisons des lois d'asile justes, un traitement juste des dossiers de demande d'asile, et l'application de systèmes de protection comme celui de la Convention Européenne contre la Torture.

Le JRS travaille également à la prévention et traitement des risques associés au phénomène de l'apatridie, en plaidant auprès des différents niveaux du gouvernement, de l'ONU et des communautés de réfugiés. Ce plaidoyer inclut l'identification et l'élimination des obstacles à l'obtention de documents, comme les certificats de naissance.

  • En pratique
En pratique

En Papouasie Nouvelle Guinée, par exemple, de nombreux enfants réfugiés n'ont pas de certificat de naissance, ce qui crée des problèmes d'identification et le risque d'apatridie. Les enfants d'origine haïtienne nés en République Dominicaine sont confrontés au même problème, et en conséquence on leur refuse l'accès aux écoles et à d'autres services de base.

Le JRS Allemagne soutient d'autres ONG qui participent à la surveillance des opérations de rapatriement forcé dans les aéroports de Düsseldorf, Francfort et Hambourg, suite à la mort de plusieurs rapatriés forcés au cours de telles opérations. Des observateurs indépendants servent de point de contact pour les familles, et fournissent des rapports réguliers à une commission de fonctionnaires et d'ONG qui s'occupent des problèmes liés aux retours forcés.

Le JRS propose une assistance juridique aux demandeurs d'asile dans de nombreux pays de l'Europe, l'Asie, l'Amérique Latine et l'Afrique. Nous plaidons également pour un meilleur accès au statut de réfugié et pour des procédures plus rapides de détermination du statut. Ces deux éléments dont essentiels pour améliorer la protection des réfugiés et pour leur permettre de trouver un emploi légal et d'accéder aux services qui leur permettront de jouir de meilleures conditions de vie.

Dans plusieurs pays de l'Amérique Latine, les institutions responsables de la détermination du statut de réfugié sont centralisées, loin des zones où arrivent et habitent les demandeurs d'asile. Le JRS au Venezuela, au Panama et en Equateur fournit une assistance juridique dans les zones frontalières. Les équipes font un suivi des cas tout au long de la procédure de détermination du statut de réfugié.

En Equateur, en 2009 et 2010, le JRS a collaboré avec l'HCR et le gouvernement dans une procédure de régularisation massive de 27.000 réfugiés colombiens. Le JRS mène à présent une campagne pour essayer d'intégrer les bonnes pratiques qui se sont dégagées en cette instance à de futures procédures.

Le gouvernement du Cambodge a récemment mis en application sa propre législation nationale concernant la détermination du statut de réfugié. En conformité avec les nouvelles normes, le JRS Cambodge s'assure que les demandeurs d'asile dont la demande a été rejetée soient informés des raisons de la décision négative et puissent faire appel.