Entreculturas et le Service Jésuite des Réfugiés se joignent au Réseau Mondial de la Prière du pape pour la cause des enfants soldats
09 février 2017

9 février 2017 - A l'occasion de la Journée internationale contre l'utilisation d'enfants soldats, le 12 février 2017, Entreculturas et le Service Jésuite des Réfugiés se joignent à l'intention mensuelle du pape François de prier et se mobiliser pour que finisse l'utilisation d'enfants soldats, en collaboration avec le Réseau Mondial de la Prière du pape.

Il y a souvent un lien étroit entre déplacement forcé et recrutement de force de mineurs. Les mineurs déplacés sont un objectif facile pour le recrutement d'enfants, étant donné qu'ils manquent souvent de protection et d'éducation adéquates, et sont plus faciles à manipuler. Ces enfants – dont certains n'ont que six ans – sont obligés de se battre et de tuer, ainsi qu'à être impliqués dans des activités telles que l'espionnage, de soutenir des groupes armés comme informateurs et messagers, s'engageant dans des activités illicites comme la production de drogue. Ils sont aussi occasionnellement objets d'exploitation sexuelle. Beaucoup d'entre eux sont tués, gravement blessés ou emprisonnés. Ils sont des victimes de fréquents mauvais traitements, qui les transforme en personnes violentes avec comme résultat que leur réhabilitation dans la société est un énorme défi.

Plus de 230 millions de mineurs dans le monde vivent dans des régions affectées par des conflits armés. Bien qu'il n'y ait pas de données précises sur le nombre total d'enfants soldats, il est estimé qu'il y en a environ 250.000. Selon l'ONU, ces violations de droits humains sont effectuées dans 17 pays et territoires.

Le pape François confie chaque mois des intentions dans son Réseau Mondial de la Prière, qui visent des défis sociaux et la mission de l'Eglise. Son intention de prière mensuelle à travers «La Vidéo du pape» est un appel mondial à transformer la prière en «gestes concrets.» Au mois de décembre, le pape nous a invités à prier et à nous mobiliser pour les enfants soldats et pour les enfants forcés à prendre part à la violence. La seule arme pour garçons et filles devrait être l'éducation. 

En coïncidence avec la Journée internationale contre l'utilisation d'enfants soldats, le Réseau Mondial de la Prière du pape nous invite à prier et nous mobiliser pour la cause des enfants soldats ainsi qu'à soutenir les projets de Entreculturas et du Service Jésuite des Réfugiés afin d'assurer que ces enfants ne passent pas leur enfance sur un champ de bataille. Les personnes sont aussi encouragées à soutenir l'initiative du pape François en signant la pétition ci dessous. La campagne a été lancée en anglais et espagnol dans plus de 20 pays.

Entreculturas et le Service Jésuite des Réfugiés œuvrent à soutenir, servir et défendre les droits des mineurs réfugiés et des enfants et adolescents déplacés de force. Ils promeuvent des programmes éducatifs qui protègent les enfants de la violence et leur donnent tout ce dont ils ont besoin pour apprendre et pouvoir redevenir de nouveau des enfants. Dans des situations de déplacement, l'éducation est un moyen essentiel de protection et espoir pour l'avenir de ces enfants.

Entreculturas fournit actuellement du soutien à trois initiatives du JRS:

République Centrafricaine 

La République Centrafricaine est immergée dans une crise humanitaire, politique et économique, depuis 2012. Cette situation a conduit à des déplacements massifs, avec 418.000 personnes déplacées à la fois dans le pays et en dehors. Le JRS et Entreculturas travaillent dans le sud et le centre du pays, spécialement à Bangui et Bambari, aidant les enfants à reprendre une vie normale, de retourner là où ils auraient le droit d'être : l'école. Le programme comprend de la prise de conscience, du soutien psychosocial et des sessions de formation générale, notamment des actions pour la paix et la réconciliation. Aux filles est fournie une attention psychosociale et éducative particulière, pour aider à leur réintégration. 

Soudan du Sud

En 2011, plus de 130.000 réfugiés sont arrivés à Maban, Soudan du Sud, fuyant leurs foyers dans le district du Nil Bleu du Soudan. Deux ans plus tard ces réfugiés se sont trouvés bloqués entre deux guerres: le gouvernement soudanais bombardait leur pays dans le district du Nil Bleu, et le Soudan du Sud faisait l'expérience d'épisodes de haine ethnique sans précédent à cause de la guerre civile. Ces deux situations sont encore en cours.

Les garçons et les filles de cette région vivent avec la constante menace d'être recrutés comme enfants soldats. C'est pour cela qu'Entreculturas et JRS ont ouvert le Centre d' Apprentissage Arrupe, un programme résidentiel de formation des enseignants à Maban, de manière à offrir un enseignement de qualité plus élevée dans nos écoles situées dans le camp de réfugiés.

Colombie

 En Colombie, des filles, des garçons, des adolescentes et des adolescents ont été à la merci de recrutement par des groupes armés, dont le risque est exacerbé pour ceux qui ont dû se déplacer. En plus de prendre directement part à des groupes armés, des jeunes déplacés sont souvent forcés de devenir des informateurs, de transporter des armes, de tuer sur ordre, et sont parfois exploités sexuellement. Entreculturas et JRS ont œuvré et continuent à œuvrer pour renforcer la prise de conscience et expliquer cette menace aux enfants, aux adolescents et aux jeunes, à travers les missions diplomatiques de la Colombie du Conseil de Sécurité de l'ONU, spécialement à Bogota. 

Nous encourageons la communauté internationale à continuer à être attentive aux nouveaux et anciens risques que courent des filles, des garçons, des adolescentes et des adolescents, risques qui existent même après la fin du conflit. Qu'ils soient suivis par les deux parties de l'accord est nécessaire pour libérer ces mineurs recrutés.

Pour plus d'information:

http://act.thepopevideo.org/?source=jrs&






Press Contact Information
Martina Bezzini
martina.bezzini@jrs.net