Angola : des milliers de réfugiés de la RDC ont un urgent besoin d’aide
18 mai 2017

Des milliers de réfugiés à la frontière vivent dans de très mauvaises conditions. Il y a eu beaucoup de naissances dans le camp mais l’accès aux services médicaux est limité (Tim Smith/Service Jésuite des Réfugiés)
Plus de 20.000 personnes ont traversé la frontière depuis le début d’avril, fuyant la violence croissante dans la province de Kasai. Des femmes et des enfants constituent la majorité des réfugiés.

Dundo, 17 mai 2017 – « La situation ici est désespérément urgente. Des milliers de Congolais fuient la République Démocratique du Congo et cherchent un refuge dans la voisine Angola » rapporte Tim Smith, directeur régional du JRS Afrique Méridionale, après sa visite dans le nord-est de l’Angola. Plus de 20.000 personnes ont traversé la frontière depuis le début d’avril, fuyant la violence croissante dans la province de Kasai. Des femmes et des enfants constituent la majorité des réfugiés.

Les réfugiés vivent dans de très mauvaises conditions, dans des centres d’accueil très surpeuplés, surtout deux installations  à la périphérie de Dundo, ville proche de la frontière congolaise. Le camp Mussungue est un ensemble d’entrepôts  fermés, utilisés précédemment par une entreprise diamantaire, tandis que Cacanda est un ancien marché de fruits hors de la ville.

Etant donné que le conflit est devenu considérablement  plus intense et que la région connaît une plus grande instabilité, les Congolais qui ont fui ne devraient pas retourner chez eux bientôt. Les centres luttent pour répondre  quotidiennement aux besoins de nouveaux arrivés, et beaucoup de réfugiés sont hébergés par des communautés locales, le long de la frontière. Les ressources de ces communautés sont sous intolérable pression, et les réfugiés ont un urgent besoin d’assistance.

Relocaliser les réfugiés et leur fournir de l’aide humanitaire d’urgence constituent les problèmes les plus urgents. « La situation ici est désespérée , les réfugiés n’ont pas de nourriture, très peu d’eau, pas de services sanitaires et hygiéniques et pas de médicaments » dit Tim après sa visite dans les deux camps. « Des groupes de réfugiés marchent le long de la route, du camp et vers le camp, surtout à la recherche de nourriture. »

La réponse de l’inter-agency aide à affronter les besoins de base immédiats des réfugiés, fournissant de la nourriture et d’autres items de secours. Le JRS a déjà commencé à travailler dans la région à travers l’accompagnement psycho-social, du conseil juridique et la protection de l’enfant, ainsi qu’en renforçant la prise de conscience sur le danger d’enlèvement des enfants.

Le JRS a aussi renforcé la prise de conscience sur la prévention de la violence basée sur le genre dans les deux centres, prenant soin des mineurs non accompagnés, des nouveau-nés et des personnes âgées ainsi que des blessés, par la fourniture de nourriture, de vêtements, de kits d’hygiène et en aidant à distribuer la nourriture.

Un contrat avec l’UNHCR permettra au JRS de renforcer sa réponse.





Press Contact Information