Afrique du Sud : Des assistantes sociales accompagnent des réfugiés à travers toute chose
05 juin 2017

Annette est devant son petit magasin dans le quartier Yeoville de Johannesburg (Sarah Morsheimer/Service Jésuite des Réfugiés)

Johannesburg, 5 juin 2017 -  Marcelline, une travailleuse sanitaire du Service Jésuite des Réfugiés à Johannesburg, m’a accueillie avec un chaleureux sourire réconfortant avant notre départ pour rendre visite à quelques-uns de ses clients.

« Nous accompagnons ceux qui n’ont personne d’autre, et les aidons pour toute chose – la pauvreté, une maladie terminale, et même la mort » a-t-elle expliqué.

A Johannesburg et Pretoria, le JRS propose des visites aux plus vulnérables de la communauté des réfugiés, chez eux, deux ou trois fois par semaine. Marcelline rend visite à une moyenne de dix personnes par semaine et leur fournit des contrôles médicaux, du soutien psychosocial et de l’espoir.

Tandis que nous parcourons la rue principale de Yeoville, une banlieue de Johannesburg, foyer de nombreux réfugiés, nous pouvons voir et entendre les diversités de cuisine et de langues dans les magasins et chez les personnes le long de la route. Nous continuons et nous nous arrêtons devant un petit magasin superette pour rendre visite à Annette, une cliente de Marcelline depuis longtemps.

Annette s’est levée lentement, ses pieds étant fortement gonflés à cause d’un diabète non soigné. Il y avait une profonde tristesse dans ses yeux qui s’est estompée quand elle nous a vues arriver, Marcelline et moi-même. Un petit sourire est apparu quand nous l’avons embrassée et nous sommes assises pour converser.

Annette a fui de la République Démocratique du Congo en 2007 quand sa famille et elle-même ont été menacés, battus et violés.

Elle a perdu son mari et son bébé et n’a plus revu ses deux fils depuis cette nuit-là. Ayant de multiples blessures et d’abondantes pertes de sang, Annette a été emmenée dans un hôpital MSF dans un camp de réfugiés où elle a eu une opération d’importance vitale.

« Après mon opération, nous avons essayé de retourner à la maison, mais les choses ont empiré. Je ne peux même pas commencer à dire ce que j’ai vu. »

Annette a décidé de fuir le pays avec ses deux filles. Elles ont dû se battre pour survivre chaque jour en traversant la Tanzanie, la Zambie et sont finalement arrivées en Afrique du Sud.

Marcelline traversait Yoeville quand elle a entendu une femme parlant swahili qui dormait dans la rue avec ses enfants autour d’elle. Cette femme était Annette.

« Que béni soit le jour où j’ai rencontré Marcelline ! Elle est mon ange » dit Annette, avec des larmes dans ses yeux. « Elle nous a tout de suite apporté de la nourriture et nous a dit de venir au JRS. Le JRS nous a aidés pour les coûts d’hôpital, la nourriture, et le logement. »

Marcelline est aussi réfugiée de la République Démocratique du Congo, et elle a un rapport particulier avec Annette à travers des années de visites à domicile, et le partage de leurs traumatismes l’une avec l’autre pour s’aider mutuellement.

Annette souffre de multiples problèmes de santé, notamment de la thyroïde, de tension sanguine élevée et défaillance générale d’un organe. L’an dernier à cette époque, les médecins lui ont dit qu’elle était malade terminale. Elle souffre encore, elle a des douleurs provenant de sa maladie, mais n’est plus malade terminale.

Quand elle vient en visite, Marcelline apporte de la nourriture, des soins médicaux, de l’argent pour les uniformes scolaires de ses petits enfants, et un rapport humain.

« Vous ne pouvez pas savoir combien de traumatismes elle a vécus. De ces traumatismes, elle souffre de stress post-traumatique et de dépressions. C’est important pour elle que je sois présente quand je peux » explique Marcelline.

« Marcelline va souvent de tous côtés pour ses clients. En décembre dernier, elle a demandé à son église d’aider à fournir de la nourriture pour Annette et sa famille pendant ce mois.

« Ils nous ont donné une fêté incroyable » a dit Annette, « Je n’oublierai jamais l’affection qu’elle nous a montrée, à ma famille et à moi-même. »

Marcelline se dévoue à aider tous ses clients, en leur montrant de la dignité et leur offrant du soutien et de l’amitié, elle change leurs vies en leur donnant de l’espoir et des opportunités.






Press Contact Information
Martina Bezzini
martina.bezzini@jrs.net