Ce site utilise les types de cookies suivants: navigation / session et analytique aussi de tiers. En cliquant sur "Plus d'informations", vous affichez les informations étendues sur les types des cookies utilisés et vous pouvez choisir de les autoriser ou non en naviguant sur le site.
PLUS D'INFORMATIONS
x

Mondial : Lettre de fin d’année du directeur international du JRS
27 décembre 2017

Le père Smolich SJ avec le père Arturo Sosa SJ, le Supérieur général de la Compagnie de Jésus, à Rome en décembre dernier. (Isabelle Shively/Jesuit Refugee Service)

Chers amis,

La véritable mesure de toute société peut être trouvée dans sa manière de traiter ses membres les plus vulnérables.

Mahatma Gandhi ne donnerait pas de bonnes notes à notre société pour sa manière de traiter les personnes déplacées de force, cette année. Mais au milieu de la xénophobie et de la fermeture des frontières, il y a de l’espoir.

Au cours d’une audience en février, le pape François a insisté sur quatre verbes – accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et réfugiés. Sa concentration sur ces verbes d’action à la première personne – ‘je’ et ‘nous’ – est un appel pour que chacun voie, soi-même et les autres, malgré les différences, comme parties du «nous.» Nous devons accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et les réfugiés. C’est ce qu’a fait le JRS cette année.

De Bruxelles à Bangkok, de Addis-Abeba à Amman, notre message a été celui de la bienvenue à ceux qui cherchent la sécurité et une nouvelle vie. A travers la campagne I Get You le JRS Europe a exploré comment construire une culture de la rencontre et de la bienvenue à l’égard de nos frères et sœurs migrants à travers la région.

Le JRS a continué, en 2017, à se concentrer sur l’éducation, la considérant comme étant le meilleur moyen de protéger des enfants et des adolescents, et leur donner de l’espoir pour l’avenir. Nous avons augmenté la qualité de l’éducation et le nombre de cours éducatifs offerts au Tchad, en Afghanistan et dans d’autres localisations de projets du JRS, et nous avons étendu notre œuvre de formation des enseignants au Moyen Orient, en Afrique et en Asie.

Promouvoir des personnes déplacées de force signifie leur donner la possibilité d’acquérir des compétences qui leur procurent la sécurité économique. Les Centres de formation Arrupe à Johannesburg et Pretoria, en Afrique du Sud, le font pour des femmes réfugiées de toute l’Afrique . Ces compétences enseignées incluent  des soins de beauté, de la formation informatique, et même de la pâtisserie française. J’en ai gouté les six variétés lors de ma visite cette année, et elles étaient exquises !

Etant donné que les possibilités  de rapatriement des migrants de force dans le monde diminuent, le besoin d’intégrer les réfugiés dans leurs nouvelles communautés est devenu plus urgent. Maintenant que 60% des réfugiés vivent dans des villes, l’accompagnement psychosocial du JRS joue un rôle-clé pour aider les réfugiés et demandeurs d’asile habitant dans des contextes urbains, à recommencer leurs vies.

Avec votre soutien, le JRS continuera à mettre en pratique ces quatre verbes. Ensemble, nous pouvons offrir de la dignité et de l’espoir à nos sœurs et nos frères déplacés, en 2018 et au-delà.

Père Thomas H Smolich SJ





Press Contact Information
Martina Bezzini
martina.bezzini@jrs.net