Royaume-Uni: Le scandale des Windrush montre qu’il faut en finir avec l’environnement hostile
20 avril 2018

Albert Thompson (le nom a été change), 63 ans, vit à Londres depuis 44 ans. Il a un cancer à la prostate. Après une opération majeure il est arrivé pour sa première session de radiothérapie et on lui a dit que s’il ne pouvait pas montrer qu’il vivait légalement au Royaume-Uni, il devra payer le total du traitement, c’est-à-dire 54.000 £ (Photo : change.org petition)

Londres, 20 avril 2018 – Répondant à la bienvenue nouvelle que le gouvernement s’est incliné sous la pression des médias et a donné fin à ses mauvais traitements à l’égard des citoyens de la ‘génération Windrush’ , le Service Jésuite des Réfugiés au Royaume Uni (JRS UK) a appelé la Home Secratary (ministre de l’intérieur) à abandonner complètement le cruel système d’’environnement hostile’ .

Après des semaines de rapports de cas sur des citoyens de la génération Windrush perdant leurs droits de travailler, de louer un logement et d’avoir accès aux soins médicaux gratuits selon des lois d’immigration  rigides, Amber Rudd, Home Secretary, a été obligée  hier de s’excuser suite aux actions «épouvantables» de son département. S’adressant au Parlement, elle a déclaré que le Home Office (ministère de l’intérieur) est devenu « trop préoccupé par la politique et a « perdu de vue la personne. »  La Home Secretary a annoncé  la création d’une nouvelle taskforce chargée de régulariser les statuts  d’immigration des immigrants qui sont nés dans le Commonwealth et sont de longue date résidents au Royaume-Uni.

Toutefois, Le JRS UK attire depuis longtemps l’attention sur le réseau agressif de politiques qui constitue le système  d’’environnement hostile’ et note la même cruauté adressée à des demandeurs d’asile comme l’ont affrontée les citoyens de la génération Windrush . Cette politique d‘agression du Home Office à l‘égard de migrants sans-papiers laisse ces personnes servies par le JRS UK dans l’impossibilité d’avoir accès au soutien du gouvernement et il leur est interdit de travailler ; elles sont ainsi forcées d’être dans la misère, et ne peuvent que compter sur les œuvres de bienfaisance pour répondre à leurs besoins les plus essentiels.

En réponse à l’annonce de la Home Secretary, la directrice du JRS UK, Sarah Teather, a dit :

« Le JRS salue l’annonce que le grave mauvais traitement des citoyens de la génération Windrush sera abandonné. A l’égard de ces citoyens, le gouvernement a été obligé de prendre en considération la politique d’immigration sous une lentille plus humaine et d’entrevoir comment son système d’’environnement hostile’ endommage des vies humaines.

« Toutefois, l’environnement hostile a des conséquences beaucoup plus larges. Dans notre travail au Service Jésuite des Réfugiés, nous voyons chaque jour comment cela écrase les vies de nombreuses personnes  qui sont venues ici à la recherche de sécurité. Si la Home Secretary est sérieuse sur les vies humaines, elle doit maintenant réfléchir profondément sur la direction dans laquelle se déplace le département qu’elle dirige, et abandonner complètement le système d’environnement hostile. »

Publié d’abord le 17 avril 2018 sur le site web du JRS UK

Lectures supplémentaires :

The Guardian : L’ ‘environnement hostile’ de Theresa May est au cœur du scandale des Windrush (avec citations de la directrice du JRS UK, Sarah Teather)

The Guardian : Le ministère de l’intérieur a détruit les cartes de débarquement des Windrush, a dit un ancien employé (avec passé Q&A





Press Contact Information
Martina Bezzini
martina.bezzini@jrs.net