Additional Pages
Colombie: Journée de la Main Rouge: l'éducation est la protection
12 février 2016

L'équipe des visites à domicile du JRS à Cúcuta, Colombie accompagne des personnes déplacées. Plus de six millions de personnes sont déplacées internes en Colombie comme résultat de 50 ans de guerre (Peter Balleis SJ/Service Jésuite des réfugiés).
Beaucoup d'enfants et d'adolescents affrontent diverses barrières pour s'inscrire à l'école et la fréquenter, ce qui augmente le risque qu'ils soient recrutés par des groupes armés.

Cúcuta, Colombie, 12 février 2016 – En Colombie, les enfants et les adolescents sont à risque de recrutement armé; pour ceux qui se sont déplacés, ce risque est multiple. L'éducation protège les enfants du risque de recrutement, en fournissant aux enfants et aux adolescents non seulement un espace sûr mais aussi des occasions et des alternatives pour leur futur.*

Au cours des 50 dernières années, plus de sept millions de victimes ont été déplacées à cause de la guerre en Colombie, 6.419.362 desquels ont été victimes de déplacement à l'intérieur du pays. En plus du déplacement intérieur, entre 500.000 et un million de personnes se sont réfugiées hors du pays.

Le processus de paix entre le gouvernement de la Colombie et les forces de l'Armée Révolutionnaire –-People's Army ou FARC-EP, aidera, on l'espère, à réduire les niveaux de recrutement et d'implication des enfants et des adolescents dans des conflits armés. Toutefois, le JRS est spécialement préoccupé du fait que les groupes armés soient maintenant loin d'être dissous, et augmenteront éventuellement leurs activités après avoir été «démobilisées» au lieu de venir ensemble sous un différent nom dans le temps qui suit l'accord.

Toujours davantage s'affirme la présence de petits groupes armés et bien mirés qui contribuent à financer les organisations plus grandes, comme les bandes et d'autres groupes criminels dans les villes. La méthode utilisée communément par ces groupes pour s'équiper – par l'extorsion et le recrutement d'enfants, d'adolescents et de jeunes – seront probablement de plus en plus utilisées à mesure que le conflit sur le territoire devient plus violent.

En particulier, à mesure que les groupes ont besoin de nouveaux membres pour remplacer ceux qui ont péri pendant les combats, ils s'adressent à des enfants et à des adolescents. Ceci était tristement le cas à Valle del Cauca et Norte de Santader, qui a affecté non seulement les populations en zone rurale, mais surtout ceux qui habitent dans les zones urbaines.

En plus de l'implication directe dans les groupes armés, des enfants et des adolescents ont subi d'autres exploitations par la main d'autres groupes non-armés. Ces activités incluent le gain d'information, assassinats, transports d'armes et exploitation sexuelle.

Le cas de l'équipe du Département de la Prévention de JRS Colombie illustre les risques que courent les adolescents:

"Un groupe paramilitaire qui exerce le contrôle dans la ville de Cúcuta a menacé deux jeunes personnes de 14 et 16 ans, ainsi que leur proche famille en plusieurs occasions. Leurs témoignages ont exprimé qu'ils ne voulaient pas continuer à 'collaborer' avec le groupe armé, passant des armes d'un quartier à l'autre et facilitant l'implication de jeunes filles dans leur lutte pour le contrôle territorial.

A cause de cela, les jeunes personnes ne pouvaient pas retourner à l'école et étaient cachées en différents endroits pour protéger leurs vies. Cette famille était déplacée de force par un conflit armé. Un des membres de la famille a disparu dans les mains de groupes paramilitaires. Ils ont finalement utilisé le bureau JRS à Cúcuta, qui a aidé à déplacer les adolescents en sécurité dans une autre ville."

Le JRS Colombie essaie d'étendre la conscientisation de cette menace auprès des enfants et des jeunes à travers le dialogue avec les missions diplomatiques colombiennes dans le conseils de sécurité, spécialement ceux de Bogota. Nous. encourageons la communauté internationale à rester attentive au nouveau réel risque qui continuera même au cours d'une phase d'après-conflit.

En outre, beaucoup d'enfants et d'adolescents, surtout dans les régions rurales, affrontent diverses barrières pour s'inscrire à l'école et la fréquenter, ce qui augmente le risque qu'ils soient recrutés par des groupes armés. Le JRS a continuellement à en appelé aux institutions publiques pour qu'elles fournissent aux enfants l'accès à l'éducation de base ainsi que les ressources éducatives nécessaires pour diminuer le risque. 

Nous croyons qu'il est nécessaire de mettre en place les moyens justes pour réduire le risque du recrutement, comme de renforcer leur système de protection nationale spécialement par l'éducation. Pour assurer aux enfants et adolescents qu'ils restent protégés, le JRS en appelle à l'Etat pour qu' il s'efforce de:

  • Accroître l'accès à l'école, surtout dans les régions rurales
  • Fournir aux adolescents des formations professionnelles pour leur assurer un meilleur avenir à travers l'accès au marché du travail
  • Investir dans la protection des écoles de façon à ce qu'elles ne deviennent pas des espaces de risque
  • Renforcer les mesures de sécurité à niveau national

*La campagne du Mercy in Motion 2016 du JRS cherche à fournir de la protection, en augmentant de cent mille personnes le nombre d'enfants et jeunes qui reçoivent de l'éducation, d'ici à 2020.


Reflections for Prayer


Page 1 |