Ce site utilise les types de cookies suivants: navigation / session et analytique aussi de tiers. En cliquant sur "Plus d'informations", vous affichez les informations étendues sur les types des cookies utilisés et vous pouvez choisir de les autoriser ou non en naviguant sur le site.
PLUS D'INFORMATIONS
x
Jordanie: trouver le leadership et un objectif dans l'éducation
25 mai 2015

JC:HEM offre à des étudiants d'Amman, Jordanie, des cours modulaires en services communautaires, en particulier de langue anglaise, de formation pour enseignants, d'économie et développement communautaires, de protection de l'enfant. (Service Jésuite des Réfugiés)
Mais je sens que cette occasion-ci m'a sauvé la vie: avoir une nouvelle possibilité de compléter mon éducation. J'ai commencé à réaliser que la vie a beaucoup d'occasions en réserve, pas seulement pour moi mais aussi pour l'amélioration de l'humanité.
Amman, 25 mai 2015 – Quand je suis arrivé en Jordanie, je ne connaissais personne. J'ai grandi au Darfour, au Soudan; à l'âge de 15 ans, je suis allé à Khartoum et j'ai étudié là pendant huit ans. En 2012, j'ai décidé de partir à cause de problèmes de sécurité avec le gouvernement soudanais. Je suis parti seul, ma famille m'a suivi.

Mon nom est Ismail Haroun, j'ai 26 ans et je vis en Jordanie depuis trois ans. Je vis avec ma famille – ma belle-mère, mon demi-frère et ma demi-sœur. Le jour de mon arrivée, j'ai été bloqué à l'aéroport pendant environ 24 heures à cause de problèmes de sécurité avec le gouvernement jordanien. Ils m'ont pris mon passeport, ainsi je ne pouvais pas loger à l'hôtel.

J'ai pris un taxi de l'aéroport et j'ai demandé au chauffeur de m'aider à trouver quelqu'un du Soudan. Il m'a emmené dans le centre de la ville, où j'ai trouvé un homme du Soudan Oriental. Il m'a présenté à quelques personnes du Darfour, et j'ai logé chez eux cette nuit-là. Ils m'ont emmené au HCR pour m'enregistrer et m'ont fait faire un tour de la ville. C'est ainsi que j'ai commencé ma vie en Jordanie. Six mois plus tard, j'ai été reconnu comme réfugié, et on m'a rendu mon passeport.

Il y a toujours des pour et des contres; chaque chose a deux côtés .Pendant ma première année en Jordanie j'ai fait l'expérience du choc culturel. C'était difficile de comprendre la langue, de se faire des amis, et de se déplacer dans la ville. Au bout de quelque temps, j'ai appris à imiter l'accent local et à m'adapter à la culture, et cela a été plus facile. Il y avait des gens fiables, qui pouvaient vous aider si vous aviez besoin de trouver un travail ou un logement. Les règlements en Jordanie rendent difficile de trouver un travail et encore plus un travail qui donne le temps de faire des études ou d'autres activités. Je recevais moins d'argent que voulu pour le travail que je faisais, mais j'avais tellement peur de discuter le problème, car j'avais peur de ne pas être payé du tout.

Education. Reprendre mes études a été la partie la plus intéressante de mon séjour en Jordanie. Au début, j'ai étudié au Centre du Service Jésuite des Réfugiés, à Ashrafieh. Je me suis fait de bons amis de différentes nationalités, pas seulement de Jordanie ou du Soudan, mais aussi d'Iraq, de Syrie, de Somalie.

Je suis actuellement un étudiant du Jesuit Commons: Higher Education in the Margins (Education supérieure en marges), un programme en ligne pour l'obtention d'un diplôme en sciences humaines. J'ai fait beaucoup de progrès, surtout en anglais. Le programme m'a encouragé à penser sur la vie d'une autre manière. Quand j'ai quitté l'université – j'ai étudié au Soudan un an et demi – je pensais que mes études, c'était terminé. J'avais perdu tout espoir et j'étais déprimé. Mais je sens que cette occasion-ci m'a sauvé la vie: avoir une nouvelle possibilité de compléter mon éducation. J'ai commencé à réaliser que la vie a beaucoup d'occasions en réserve, pas seulement pour moi mais aussi pour l'amélioration de l'humanité.

Le leadership, ce n'est pas facile, mais c'est beaucoup plus facile si vous comprenez les outils, ou la manière de diriger. Le programme pour le diplôme enseigne comment appliquer ce qu'on étudie, spécialement la résolution de conflit, les compétences en leadership et communication. Par exemple, quelquefois j'ai trouvé difficile d'envoyer un message à certains groupes de personnes, parce que des groupes de personnes différentes ont des manières de communiquer différentes. Le cours de communication interpersonnelle m'a vraiment aidé à distinguer quand et comment utiliser les différents types de communication dans diverses situations. Maintenant, je suis un leader communautaire, et j'ai commencé à défendre les personnes vulnérables dans ma communauté grâce à ce que j'ai appris.
 
Ce cours encourage les étudiants à changer les choses autour d'eux, transformer leurs idées et les partager avec la communauté pour résoudre les conflits et les controverses. Pour moi, la partie la plus précieuse du cours est de donner de l'espoir par l'exemple. Quand je rencontre des gens qui ont perdu l'espoir, je leur raconte ce par où je suis passé et ce que j'ai accompli.